sergiobelluz

sergiobelluz

Andy Goldsworthy, l’artiste nature.

C’est dans l’impermanent, qu’il travaille.

 

Pour lui, les marées et les rivières, ce n’est pas de l’eau, c’est un flux, une énergie.

 

Pour lui, la nature, la neige, la pluie, le vent, les arbres, les pierres, c’est un rythme temporel plus ample que le nôtre, contre lequel, et avec lequel il crée ses œuvres.

 

Il retire autant de bonheur à la réussite d’une sculpture de pierres ou de bois savamment équilibrée juste avant que la marée ne l’engloutisse, ou que l’orage arrive, qu’à voir cette même sculpture se transformer en autre chose, se dissoudre peu à peu dans cette même marée ou être dispersée par la tempête : c’est un dialogue avec le monde, la  nature, les éléments. Une métaphore de notre vie passagère qui, un instant, se concrétise puis disparaît dans d’autres éléments.

 

Son matériau est toujours naturel, organique, local, qu’il recherche, qu’il repère, qu’il récolte après de longues promenades qui lui permettent de s’imprégner des lieux et de leurs rythmes.

 

C’est ainsi que naissent d’extraordinaires sculptures de pierre ou de glace qui sont à la fois des représentations de dieux très anciens veillant sur les éléments et des offrandes que les dieux élémentaires engloutissent avec lenteur.

 

De longs rubans de feuilles ou de pétales de fleurs noués serpentent, promenés par la rivière.

 

Des murs ondulants de pierres entassées, loin de séparer, protègent, soulignent, agrémentent un paysage.

 

Des filets faits de branches séchées se balancent dans le vent.

 

Des silhouettes végétales changent de couleur au gré des saisons et des intempéries.

 

Le tout est une œuvre extraordinaire et intangible, la conversation entre l’univers d’un homme et l’univers tout court.

 

Une merveille, qu’on peut admirer dans un documentaire intelligent et respectueux, auquel je ne reprocherais qu’une chose : la musique d’accompagnement vaguement folkeuse qui fait regretter de ne pas pouvoir entendre simplement la nature et sa respiration, qu’on perçoit en arrière-plan.

 

Rivers and Tides: Andy Goldsworthy working with time, par Thomas Riedelsheimer, coproduit par Arte.

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2015)

 

2015 Goldworthy Andy Rivers and Tides.jpg



10/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres