sergiobelluz

sergiobelluz

Ça fout les boules.

À côté de moi, une Espagnole parle toute seule à son téléphone mobile (elle a les écouteurs). Et elle est tonitruante, je sais tout sur sa soirée d’hier, dansante apparemment, où le disc-jockey passait tous les « 40 favoritos » (une chaine de radio qui publie aussi ces sortes de compilation de grands succès), et où elle était assise à la table de María Carmen et je-ne-sais-qui, où c’était assez « casposo » (littéralement « avec des pellicules », pour dire vieillot, pas branché).

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2014).

 

disco.jpg



01/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres