sergiobelluz

sergiobelluz

Henry James, modèle bégayant de Jacques-Émile Blanche

D'Henry James, Blanche relève le cosmopolitisme, les complexes de l’américain qui veut être européen tout en gardant une certaine tendresse pour son Amérique (la Côte Est, bien sûr), sincère, naïve, comparée au cynisme européen – thème qu’on retrouve régulièrement dans son œuvre, dans The Europeans, entre auters.  Blanche note aussi le complexe d’infériorité d'Henry James vis-à-vis de son frère William James, bien plus célèbre que lui, à l'époque, dont la réussite matérielle le renvoie à sa vie modeste.  William James fut un philosophe (inspiré de Bergson) reconnu, apprécié et qui vendit beaucoup de livres comparés aux tirages confidentiels de Henry James.

 

De son modèle, Blanche retient aussi le presque ‘bégaiement’, la difficulté d’expression orale, qu’il compare à un seau qui descend au fond du puit et qui remonte lentement jusqu’à la réponse à la question, et la politesse contournée, si délicate: James se lance dans de très complexes périphrases entrecoupées d’hésitations et de scrupules polis qui rendent ses réponses incompréhensibles.

 

Lettre d’Henry James, depuis Genève, à son frère William: « On peut lire quand on est mûr, ou vieux ;  mais on se mêle au monde avec des perceptions naïves et fraîches tant que l’on est jeune, non plus après.  Le grand point, c’est de s’imprégner de quelque chose, je veux dire, de façon ou d’une autre, se saturer de la vie ;  et j’ai opté pour une forme de saturation. (…) »

 

Jacques-Emile Blanche, Mes Modèles :  Souvenirs littéraires :  Barrès – Hardy – Proust – James – Gide – Moore, Stock, Paris, 1928/1984

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2015)

 

Blanche Henry James.jpg

 

 



25/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres