sergiobelluz

sergiobelluz

Jacques-Émile Blanche, François Mauriac, Gide, Marx... et Dieu (ou pas)

(À Gide) "Vos confidences en public sont aussi gratuites que celles d'un Mauriac - et non moins tendancieuses. Dieu est, au fond, l'enjeu de ces tournois. Vous connaissant comme je vous connais, je démêle sans peine les raisons complexes de votre attitude, au bout d'une longue carrière. Votre éducation religieuse, les inquiétudes que trahissent toutes vos oeuvres pouvaient vous y incliner. Mais moi, qui suis athée, votre conversion au Léninisme, au marxisme soviétique me trouble, à la façon dont la piété de l'enfant aux mains enchaînées m'inquiète, si sincère qu'elle semble. Il faudrait, d'abord, s'entendre sur le sens que vous attribuez à Bonheur, Progrès. Mauriac m'écrivait, l'autre jour, qu'il se sentait au-dessus de toute tristesse et découragement; que s'il devait mourir tragiquement, du moins il savait pour qui il mourrait. Vous, vous sauriez pour quoi. Mais ce bonheur tout matériel, terrestre, promis aux mortels; cette civilisation future que vous chantez avec tant de ferveur, ce paradis artificiel supprimeraient-ils les causes essentielles de notre misérable condition? Définissez, cher ami, le Bonheur, que vous faites miroiter, à nos yeux. Éclairez les a-religieux."

 

Jacques-Émile Blanche - André Gide, Correspondance 1892-1939 (Paris: Gallimard, 2010)

 

Blanche Mauriac.jpg

 

Illustration: François Mauriac par Jacques-Émile Blanche



26/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres