sergiobelluz

sergiobelluz

Janine Massard, une grande auteure suisse en 13 titres : 'Terre noire d’usine' (1990, 2013)

Dans ce livre sous-titré ‘Essai d’ethnologie régionale’, Janine Massard, à travers le destin de Jacques, raconte les terribles conditions de vie et de travail des ouvriers suisses en parallèle avec la croissance économique, et rend hommage à tous ces travailleurs de l’ombre, presque des esclaves, qui ont contribué à l’essor industriel du pays. Malgré son apparente simplicité, ce livre superbe est un vrai tour de force : quatre ans d’écriture, une documentation précise sur les conditions de vie des ouvriers, sur le contexte historique et social de l’époque, et un brillant travail de stylisation de la forme qui, en usant par exemple des questions rhétoriques – « Si les femmes allaient au café ? Elles n’auraient jamais osé y mettre les pieds, pas même le dimanche après-midi. À quoi est-ce qu’elles s’occupaient pendant ce temps ? Elles ne se tournaient pas les pouces : l’ouvrage ne manquait pas à la maison et, en plus, il y avait la récupération qui prenait du temps. À nous aussi, les gamins. Dès qu’on avait un moment de libre, on allait à la cueillette dans le bois : champignons, petits fruits, pives, bois mort, on ramassait tout ce qu’on pouvait. ») –, en alternant les paragraphes où Jacques s’exprime dans son vocabulaire et ceux où la documentation est exposée, ou en glissant un passage en discours indirect libre après un passage documentaire et en gommant toutes les transitions narratives, fait qu’on lise tout le récit comme si ce n’était qu’un long monologue de Jacques :

 

« Vers 1944, des rumeurs inquiétantes commencent à circuler : par les journaux, la radio, on entend parler de camps d’extermination, de Juifs massacrés par centaines de milliers. À Sainte-Croix, on n’a pas connaissance de filières de passeurs pour les Juifs, comme à Genève, à la Vallée de Joux ou ailleurs. On lit dans le ‘Journal ‘, que Hitler a pris des mesures pour résoudre la question juive, on dit qu’il existerait des camps de travaux forcés, mais rien de plus. L’information passait mal pendant la mob’ et puis, dit Jacques en croisant les bras sur son ventre rondelet, est-ce que ça aurait été bon pour notre moral de savoir ce qui se passait vraiment ? Est-ce que ça aurait été bon, aussi, qu’on sache que la Suisse n’était pas le petit îlot de neutralité qu’on imaginait et qu’il se faisait tout un trafic que beaucoup auraient réprouvé ? Ne valait-il pas mieux être sous-informé ? Mais, malgré la drôle d’ambiance qui régnait, c’est pendant la mob’ que j’ai pris conscience de mes droits. »

 

©Sergio Belluz, 2015.

 

1990 Janine Massard Terre noire d'usine.jpg

 

Janine Massard, une grande auteure suisse de langue française en 13 titres

Terre noire d’usine (Yverdon : Éditions de la Thièle, 1990, réédition Orbe : CamPoche Campiche, 2013)

 

 



06/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres