sergiobelluz

sergiobelluz

"Le laboratoire helvétique démonté en riant" (Jean-Louis Kuffer, '24 Heures', 10 I 2013)

"Littérature: Sergio Belluz détaille La Suisse en kit, livre irrévérencieux et tonique

 

Les livres consacrés à la Suisse se reproduisent avec plus d'alacrité que les nains de jardin, et certains se vendent même comme des petits pains. il faut dire que rien ne passionne autant les Suisses que leur drôle de pays. Hélas, le gris domine trop souvent le genre, même quand on prétend "briser les clichés".

 

Or La Suisse en kit de Sergio Belluz rompt avec cette grisaille par sa manière à la fois hirsute et profuse, son insolence roborative et sa mise en forme originale, faisant alterner aperçus fouillés et pastiches d'auteurs. Passons sur la couverture de mauvais goût, aggravé par l'absurde bandeau - "Suissidez-vous!" -, pour apprécier la richesse du contenu.

 

Après un avant-propos immédiatement caustique dans sa façon de désigner ce "pays orgueilleux qui n'aime pas parler de lui et qui déteste qu'on le fasse à sa place", l'auteur, secondo d'ascendance italienne, brosse un premier tableau synthétique et pertinent de l'histoire de notre Confédération "pacifique" marquée par d0incessante guerres à motifs essentiellement religieux, avant l'établissement d'u  consensus plus pragmatique qu'évangélique. Suit un Who's Who de "pipoles' surtout littéraires, de Rousseau et Madame de Staël à Dürrenmatt, en passant par Cendrars, Bouvier, Chessex, Bichsel, Loetscher, Ella Maillart et des "figures" helvétiques, tels l'inoubliable Zouc ou notre benêt cantonal Oin-Oin, notre très cher Gilles, ma marque ménagère Betty Bossy, l'emblématique et lugubre Fritz Zorn et les non moins incontournables Ziegler et Godard.

 

Surprenant dans ses approches (celle de Gottfried Keller est épatante, comme son pastiche), Sergio Belluz est parfois expéditif dans sa façon d'égratigner un monument ou de singer un style (défaillante présentation de Ramuz). L'ensemble (complété par un jouissif glossaire "confédéral") constitue un kaléidoscope documentaire attrayant qui a ce mérite rare, non sans faire souvent rire, d'illsutrer la réalité complexe et contradictoire de ce laboratoire de démocratie et de multiculture qu'est notre cher pays.

 

Jean-Louis Kuffer."

 

2013 01 10 Sergio Belluz CH Jean-Louis Kuffer 24Heures.jpg



28/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres