sergiobelluz

sergiobelluz

Panorama du roman graphique* # 77: Maximilien Le Roy & Michel Onfray, ‘Nietzsche : se créer liberté’ (2010)

Basé sur un scénario écrit par Michel Onfray dans l’idée d’un film intitulé L’Innocence du devenir, la vie de Frédéric Nietzsche, c’est une extraordinaire biographie dessinée de 126 pages, on y passe les grands moments de la vie du philosophe, dans sa famille (avec la mort prématurée de son père, pasteur), son refus de devenir lui-même pasteur, son vœux d’être compositeur, ses relations avec Richard Wagner et Lou-Salomé, ses longues promenades partout (à Bâle, à Sils-Maria, à Sorrente, à Gênes, à Venise, à Nice), sa première passion pour Schopenhauer, puis son rejet, ses œuvres et ses idées les plus marquantes, Au-delà du Bien et du Mal, Ainsi parlait Zarathoustra, L’Eternel retour, sa conviction que le travail (dans le sens d’être employé ou ouvrier) abrutissait l’homme et l’empêchait de penser, ses crises de folie, sa passion pour Carmen de Bizet, qu’il oppose au Parsifal de Wagner, trop mental, trop idéaliste, pas assez humain, un idéalisme dangereux car sans corps, alors que Carmen est toute sensualité.

 

Le dessin est extraordinaire de justesse, très libre, des pages de « folie » (pages blanches, rouges, jaunes) intercalées dans le destin d’un philosophe qu’on fait se promener en silence en admirant les paysages et en réfléchissant. Dans les dialogues, on voit d’abord le lieu où se trouvent les protagonistes, puis juste leur tête sur un fond monochrome, les textes manuscrits de Nietzsche sont écrits dans une autre police d’imprimerie, un peu dans le style cursive gothique, mais pas en italique, juste pour suggérer que c’est le caractère de l’imprimerie d’alors. Le gaufrage est quelquefois de 4 lignes, quelquefois de 3, quelques fois d’une seule page. On suit Nietzsche pas à pas dans sa pensée. Brillant.

 

nietzsche.jpg

 

Panorama du roman graphique* # 77: Maximilien Le Roy (dessin) & Michel Onfray (scénario), ‘Nietzsche : se créer liberté’ (Bruxelles: Le Lombard, 2010)

 

(la suite au prochain épisode)

 

*On devrait dire « narration graphique »: sous l’étiquette commerciale de « roman graphique » (de l’américain « graphic novel ») sont réunies des bandes dessinées pour adultes où l’on trouve fictions, biographies, récits de voyage ou reportages.

 

©Sergio Belluz, 2015.



10/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres