sergiobelluz

sergiobelluz

Quand l'Orient modernisait l'Occident

ORIENT ET OCCIDENT

 

C'est pendant la période des Croisades que la lutte contre l’Infidèle devient l’idéal chevaleresque. Les Musulmans sont considérés comme païens. Pourtant, en parallèle, les échanges commerciaux et intellectuels (officiels ou officieux) sont nombreux: l'embargo du Pape sur les marchandises à destination du monde musulman créa, par contrecoup, tout un système de contrebande, et de grands intellectuels comme Abélard n'étaient pas tous d'accord avec le dogme en vigueur...

 

Au XIIe siècle, au plus fort des Croisades,  la science arabe déferle sur la Chrétienté.  Les Arabes apportent aux Chrétiens la science grecque thésaurisée dans les bibliothèques orientales, celle d’Alexandrie, en particulier, la plus grande du monde antique. Les savants musulmans la font parvenir en Espagne. La science musulmane devient à la mode et certains scientifiques chrétiens, comme Adélard de Bath (1080-1152), vont même jusqu'à attribuer leurs idées personnelles aux Arabes afin de les faire connaître.

 

La propagation de la culture islamique en Europe se fait par les contacts commerciaux et grâce à la présence politique des Arabes en Espagne et en Sicile. Ce que les Arabes apportèrent à l’Europe occidentale concerne surtout le raffinement des mœurs et l’amélioration de la vie matérielle.

 

De plus, la connaissance du style raffiné de vie des Arabes et  de leur littérature stimula l’imagination de l’Europe, en particulier dans les langues romanes.

 

TECHNIQUES MARITIMES

 

Les Arabes seraient peut-être les inventeurs de la boussole. Ils avaient déjà une cartographie importante. L’influence arabe en matière maritime se traduit par un vocabulaire présent dans toutes les langues européennes : amiral [de l'arabe 'amir «chef», et (p.-ê.) al-eali «très grand»], câble, chaloupe ou sloop, barque, mousson [de l’arabe mawsim, «saison, époque fixée», puis «époque favorable pour le voyage des Indes» (concernant l'océan Indien).]

 

AGRICULTURE ET IRRIGATION, ÉLEVAGE ALIMENTATION ET EXPLOITATION MINIÈRE

 

Comme il existait une agriculture relativement prospère dans la plupart des pays de l’Islam où c'était possible, les Arabes élevèrent considérablement le niveau de l’exploitation agricole dans un pays comme l’Espagne, où les pluies ne sont pas abondantes.

 

Si les Romains et les Wisigoths avaient organisé l’irrigation, les Arabes l’améliorèrent et en développèrent l’usage en fonction des connaissances acquises au Moyen-Orient sur les façons de conserver et de distribuer l’eau. Nous en avons pour preuve l’existence de nombreux mots espagnols courants d’origine arabe qui concernent l’irrigation :

 

Acequia

Canal d’irrigation

Alameda

Allée de peupliers

Alazán

Alezan

Albaricoque

Abricot

Alberca

Bassin artificiel

Albufera

Lagune

Alcacel ou Alcacer

Orge

Alcachofa

Artichaux

Alcaparra

Câpre

Alcohol

Alcool

Alcuzcuz

Couscous

Alforfón

Sarrazin, blé noir

Aljibe

Citerne

Noria

Noria (roue hydraulique)

Alcantarilla

Bouche d’égoût

Atarjea

Conduite d’eau, égoût

 

Les Arabes introduisirent également la canne à sucre [azúcar, de l'arabe sukkar, d'une langue indienne (sanscrit çarkara), «grain», d'où vient le lat. saccharum ]; .le riz [arroz, du grec oruza, d'orig. orientale], les oranges [naranja, de l’arabe narandj «orange amère», du persan], les citrons, les aubergines [berenjena, de l’arabe 'al-badindjan], les artichauts [alcachofa, de l’arabe harsaf ou harsuf], les abricots [albaricoque, de l’arabe d'Espagne al-barquq] et le coton [algodón, de l’arabe qutun] – tous ces mots français sont des adaptations des mots espagnols eux-mêmes adaptés de l’arabe.

 

Ils développèrent l’exploitation minière en Espagne : fer, cuivre, cinabre (Sulfure de mercure (Hg S) de couleur rouge, d’où l’on tire ce métal), or, argent, plomb, étain et pierres précieuses.

 

Ils firent également, en botanique, zoologie et minéralogie une large description et un inventaire des plantes, des animaux et des pierres connues.

 

LES ARTS D'AGRÉMENT ET DE LUXE

 

Les Arabes accédèrent à un raffinement extraordinaire de leur style de vie, et c’est pourquoi naquit dans l’Espagne musulmane l’industrie des produits de luxe : étoffes de laine, toiles de fil ou soieries dont on a conservé quelques rares spécimens. On pouvait également se procurer en Espagne des fourrures pour orner ou fabriquer des vêtements. Le lexique espagnol s’est enrichi de terminologie liée à ces techniques : alfiler (aiguille), alfombra (tapis), albornoz (burnou arabe, ou peignoir), algodón (coton)…

 

L’industrie de la céramique était très développée. Des techniques comme celle de la décoration des carreaux de faïence (azulejos) furent importées d’Orient. Le secret de la fabrication du cristal fut découvert à Cordoue dans la seconde moitié du IXe siècle. Au Xe siècle, Cordoue était devenue la rivale de Byzance dans l’art de l’orfèvrerie d’or et d’argent et de la joaillerie (alhaja, bijou, perle ; aljófar, perle …)

 

L'ARCHITECTURE

 

Ce luxe pouvait se voir également dans l’architecture dite « mauresque », dont la caractéristique est l’arc en forme de fer à cheval.  De nouveau, le lexique architectural espagnol trahit l’influence arabe :

 

Álabe

Aube (de roue hydraulique)

Alacena

Placard

Alambrada

Barbelés, grillage

Alarife

Maçon

Albañal

Egoût

Albañil

Maçon

Albarrana

Tour flanquante

Alcazaba

Forteresse

Alcazar

Palais royal, forteresse

Alcoba

Chambre à coucher

Azulejo

Carreau de faïence

Azotea

Terrasse

Baldosa

Carreau, dalle (sol)

Zaguán

Vestibule

Aldaba

Heurtoir de porte

Alféizar

Tablette extérieure ou rebord intérieur de fenêtre

Falleba

Espagnolette (« loquet de fenêtre »)

 

LA MUSIQUE

 

Les Arabes inventèrent et perfectionnèrent plusieurs instruments de musique : le luth (laúd, l’oud arabe, de al-‘ûd), la pandore [instrument de musique à cordes pincées, de la famille du luth, qui était en usage aux XVIe et XVIIe siècles], le psaltérion [ancien instrument de musique à cordes pincées ou grattées, à caisse de résonance plate, de forme triangulaire ou trapézoïdale. Le psaltérion était en usage chez les Hébreux, en Grèce, dans l’Europe médiévale], la flûte, les tambours [du persan tabîr, avec influence de l’arabe tunbur, tanbur, nom d’un instrument de musique à cordes] et les tambourins.

 

Beaucoup de livres en arabe ont été écrits sur la théorie musicale, certains inspirés des écrivains grecs.

 

LES LIVRES

 

Le monde arabe connaissait l’usage familier du livre, qui fut facilitée par l’usage du papier, inventé en Chine, mais transmis aux Arabes qui le développèrent vers l’an 800. Ce fut par l’Espagne et la Sicile que l’usage du papier s’étendit à l’Europe occidentale, mais il n’y eut pas de fabriques de papier en Italie et en Allemagne avant le XIVe siècle.

 

L'ADMINISTRATION ET LA GESTION COMMERCIALE

 

Le vocabulaire espagnol possède un certain nombre de mots d’origine arabe pour désigner l’administration municipale et le contrôle des activités commerciales.

 

Albacea

Exécuteur testamentaire

Albarán

Bulletin de livraison, reçu

Alcabala

Impôt ancien

Alcahuete

Entremetteur

Alcaide

Geôlier

Alcaldada

Abus de pouvoir

Alcalde

Le maire

Alguacil

Gendarme

Almacén

Le magasin

Aduana

La douane

Almoneda

Vente aux enchères

 

SCIENCES ET PHILOSOPHIE

 

Les Arabes traduisirent beaucoup d’ouvrages grecs concernant la philosophie et les sciences, mais ils apportèrent également de nombreuses améliorations : toutes ces découvertes se propagèrent dans l’Europe entière à partir de l’Espagne.

 

MATHÉMATIQUES ET ASTRONOMIE

 

En mathématiques, al-Hwarizmi, était connu des savants latins sous le nom d’Algorimus ou alghoarismus [il a donné son nom à l’algorithme. De plus, le terme « algèbre » vient de l'arabe al-djabr «contrainte, réduction», qui figurait dans le titre d'un ouvrage du même Al-Khawarizmi, IXe.].

 

Ce savant rédigea une forme abrégée de certaines tables d’astronomie indiennes. Il est l’auteur d’une description des parties habitées de la Terre, fondée sur la Géographie de Ptolémée. Il écrivit également des ouvrages sur les mathématiques, dont l’un peut être considéré comme la base de l’algèbre, et l’autre le premier ouvrage d’arithmétique utilisant le système décimal actuel, c’est-à-dire utilisant les chiffres dits arabes.

 

À partir d’al-Hwarizmi, les Arabes parvinrent à découvrir les méthodes pour effectuer des opérations mathématiques complexes (racine carrée). De même, on trouve le début des fractions décimales dans un ouvrage arabe de 950.

 

Un autre mathématicien arabe célèbre fut Ibn al-Haytam ou Alhazen, mort en 1039. Il traita entre autres d’équations (il en résolut une du 4ème degré). Il s’opposa à la théorie d’Euclide et de Ptolémée selon laquelle les rayons visuels se propagent de l’œil vers l’objet, et il maintint que la lumière se propageait au contraire de l’objet vers l’œil.

 

Il travailla sur les miroirs paraboliques et sphériques, ainsi que sur la réfraction de la lumière passant à travers un milieu transparent : il put ainsi calculer la hauteur de l’atmosphère terrestre et fut sur le point de découvrir le principe des lentilles grossissantes.

 

Les Arabes furent particulièrement brillants dans la discipline de la trigonométrie sphérique.

 

L’astronomie offrait un intérêt pratique, d’abord parce qu’on avait une grande croyance en l’astrologie, mais également parce qu’elle était nécessaire pour connaître la direction de la Mecque, vers laquelle les musulmans doivent se tourner pour la prière.

 

Les astronomes arabes, conformément à la théorie de Ptolémée, pensaient que la terre était immobile et qu’autour d’elle tournaient 8 sphères, portant le soleil, la lune, les cinq planètes et les étoiles immobiles.

 

MÉDECINE

 

Chez les Arabes, les bases de la médecine étaient principalement celles de l’enseignement des Grecs (Galien, Hippocrate).  Mais plusieurs musulmans (arabes et perses) arrivèrent à posséder si bien la science médicale qu’ils laissèrent loin derrière eux leurs prédécesseurs immédiats et réalisèrent des exploits.

 

  • Rhazes, né en 865 près de Téhéran, en Iran, écrivit plus de 50 ouvrages de médecine, dont le plus connu est un traité sur la rougeole et la variole. Il écrivit également un livre encyclopédique de toutes les connaissances médicales accumulées jusqu’à son époque. Pour chaque maladie, il donnait l’opinion des auteurs grecs, syriens, indiens, persans et arabes, puis il y ajoutait des notes sur les observations cliniques qu’il avait faites et tirait une conclusion.
  • Haly Abbas entreprit d’écrire une encyclopédie moins volumineuse. Son livre fut traduit en latin (Liber regius).
  • Avicenne, mort en 1037, écrivit un Canon de la médecine. Traduite en latin, son oeuvre domina l’enseignement de la médecine en Europe jusqu’à la fin du XVIe siècle.

Dans l’Espagne mauresque, la chirurgie se développa. Les Arabes apportèrent les instruments chirurgicaux et écrivirent des traités sur la peste, dont ils rendirent parfaitement le caractère contagieux.

 

LES AUTRES SCIENCES

 

L’alchimie [de l’arabe al-kimiya' «pierre philosophale», passé aussi en esp. (mil. XIIIe), en catalan (R. Lull, 1295); le mot arabe vient, soit du copte chame «noir», d'où «Égyptien», ceux-ci étant renommés comme alchimistes, soit du grec tardif khêmia «magie noire», de même origine., soit du grec khumeia «mélange», de khumos «jus».]

 

Les Arabes firent une description exhaustive de l’alchimie en tant que science expérimentale, avec les différents instruments qu’elle emploie, les méthodes qu’elle suit pour le traitement des substances chimiques, et la théorie sur laquelle elle se fondait, qui dérivait de la science aristotélicienne.

 

On trouve aussi toute une littérature sur les méthodes à suivre pour la préparation de plusieurs substances et pour leur purification.

 

LOGIQUE ET MÉTAPHYSIQUE

 

Al-Farabi et Avicenne élaborèrent une philosophie qui était essentiellement une forme de néoplatonisme. Mais ils furent considérés comme des hérétiques, parce qu’ils croyaient en l’éternité de l’univers, ce qui était en contradiction avec le dogme de la création du monde ex nihilo dans le temps.

 

LE MONDE ARABE ET L'EUROPE: LES GRANDES DATES

 

BYZANCE  - CONSTANTINOPLE - ISTAMBOUL

 

284 – 285    Règne de l’empereur Dioclétien qui divise ses possessions en empire d’Orient et empire d’Occident.

 

312              Constantin vainc Maxence près de Rome et devient le maître de l’empire d’Occident.

 

324              Constantin triomphe de Licinius et règne dès lors sur tout l’empire romain.

 

325              Premier concile œcuménique de Nicée.

 

330              Byzance, appelée désormais Constantinople, est la nouvelle capitale impériale.

 

379              Théodose le Grand devient empereur.

 

410              Rome est pillée par les Wisigoths.

 

413              Constantinople assure sa défense par la construction d’une triple muraille.

 

476               Les Ostrogoths déposent Romulus Augustule, dernier empereur d’Occident.

 

529               Etablissement du code de Justinien qui régit le droit byzantin.

 

532               Hostile à Justinien, le peuple en émeute incendie une partie de la capitale

 

535 – 554     Conquêtes en Afrique du Nord, en Italie et en Espagne méridionale. L’empire byzantin atteint sa plus grande expansion.

 

628               L’empereur Héraclius vainc les Perses.

 

717 – 802      Règne des empereurs isauriens.

 

717                Léon III résiste au siège de Constantinople par les Arabes.

 

726 – 842      Querelle des iconoclastes : partisans et adversaires des images saintes s’affrontent violemment.

 

751                Chute de Ravenne et affaiblissement des positions byzantines en Italie.

 

867 – 1056     La dynastie macédonienne est au pouvoir.

 

907                 Constantinople résiste aux assauts arabes.

 

1014               Basile II vainc les Bulgares après une guerre de 27 ans.

 

1054               Rupture entre l’Eglise romaine et l’Eglise Byzantine.

 

1071               Les Turcs Seldjoukides triomphent des Byzantins à la bataille de Mantzikert.

 

1081 – 1185   La dynastie des Comnènes règne sur Constantinople.

 

1096               Première Croisade en Asie Mineure.

 

1204               Pillage de Constantinople par les Croisés.

 

1261 – 1453   La dernière dynastie, celle des Paléologues, préside aux destinées de l’empire.

 

1300               Les premières conquêtes turques affaiblissent l’empire.

 

1453               Prise de Constantinople par les Turcs de Mehmet II et fin de l’empire byzantin.

 

©Sergio Belluz, 2017

 

3000.h5.2.gui.jardin..jpg



06/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres