sergiobelluz

sergiobelluz

Rossini/Satie: Musique, Amour et Fantaisie' - la critique de Jean Lugrin

 

MUSIQUE À LETTRES VIVANTES: NE TOURNONS PAS LE DOS À ROSSINI

 

Je déteste Rossini ! Pas le morceau de viande, ni la Petite Messe Solennelle, mais ses opéras m’ennuient. Mon cerveau est certainement trop lent pour apprécier les tarataratatatatatataratarataratatatatata, rattatatatarataratatatttttattttatataratatata, et caeteratata de ses airs de bravoure. Ma diction est lente. Peut-être, suis-je jaloux de ces virtuoses qui chantent des textes à une vitesse supersonique (certains chanteurs finissent avant l’orchestre, d’ailleurs !

 

Geneviève Bille nous a conviés ce jeudi 14 juillet à 15 heures dans son chalet de La Comballaz pour un après-midi Rossini-Satie. J’adore Satie !

 

Sergio Belluz est un baryton, Oksana Ivashenko est une pianiste. Commence l’histoire de Gioachino par lui-même, grand prétentieux ! Prétentieux à mes yeux, peut-être, mais quelle découverte de la facette quasiment inconnue de ma part des partitions pour piano, ces oeuvres écrites à la retraite de ses quarante opéras : 40 fois ratatatatatataratatatatat… C’est un véritable voyage. Dépaysant, plein d’humour, quel bonheur de faire, enfin, la connaissance de ce grand compositeur ! J’aurais dû me méfier, à l’écoute de sa Petite Messe Solennelle, que le bonhomme avait des ressources !

 

Puis, sans transition, ou plutôt d’une superbe, Sergio Belluz, toujours accompagné de Oksana Ivashenko, qui joue autant des doigts que du visage qui vit et respire la musique, oui, le baryton poursuit la route de ce compositeur de génie à l’humour décapant et au manteau usé. Encore un surdoué qui compose de la musique et aussi des textes.

 

Souvent, comme ceux qui sortent des sentiers battus, Satie rencontre l’incompréhension de ses contemporains. Ce qui pourrait être rassurant, c’est qu’avant lui, mon ami Ludwig van Beethoven en avait bavé. Mais oui, il écrivait de la musique contemporaine, sauf que Satie nous offre dans toute son oeuvre des traits d’humour, fait assez rare dans ce type de musique. Et les textes, dits comme si l’interprète les avait écrit lui-même, nous font rire, sourire, aimer. Cet après-midi ? ADORABLE !

 

L1070437-web.jpeg

 

Lien à l'article original



06/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres