sergiobelluz

sergiobelluz

Walter Benjamin et Portbou

Il faut aller se promener à Portbou, où Walter Benjamin s'est donné la mort, on y comprend son désespoir.

 

Ce n’est pas que l'endroit soit particulièrement déprimant, c'est même une petite station balnéaire assez agréable, dans le style Cadaquès, disposée autour d'une belle crique de cette Costa Brava, cette « Côte en colère » belle et sauvage.

 

Mais c'est aussi un village frontalier, une porte d'entrée et de sortie : on se trouve juste avant le long tunnel qui mène en France par voie ferrée, en dessous des  Pyrénées, ces montagnes qui séparent géographiquement les deux pays et par lesquelles Benjamin avait passé en Espagne.

 

Une petite communauté humaine encaissée, coincée, dans une baie entre deux montagnes.

 

Un sas et un cul-de-sac où Walter Benjamin, pour se sauver, pour s’échapper, s’était retrouvé, coincé, dans un pays qui ne voulait pas non plus de lui.

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2012).

 

 

portbou.jpg



28/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres