sergiobelluz

sergiobelluz

"Et puis quoi, qu'importe la culture ? Quand il a écrit Hamlet, Molière avait-il lu Rostand ? Non." - Pierre Desproges

Appunti italiani (04): ...Bella siesta, bel pisolino, dopo un delizioso fritto misto...

...Bella siesta, bel pisolino, dopo un delizioso fritto misto (con piadina ed insalata verde, per l’illusione di mangiare sano) allo ‘Stuchin del Port’, una specie di tavola calda informale, dove il piatto si chiede in cassa, si paga – nel mio caso undici euro per un « cono piadina-gamberi-calamari-insalata » e un litro d’acqua frizzante -, si da il nome, e si aspetta al posto che si chiami il cliente.   Ognuno apparecchia da solo, si prende il pane che vuole, l’...

Pesaro (15): avec 'Le Siège de Corinthe', Rossini prend de la bouteille!

« La regia è opinionabile », la mise en scène est discutable, disait diplomatiquement un spectateur juste derrière moi, pendant qu’à côté de moi un vieux monsieur à sourcils broussailleux et apparemment spécialiste de Rossini, lançait de fréquents « Mah ! » sonores qui, à l’italienne, exprimaient en une onomatopée ce qu’en français nous serions obligé...

Appunti italiani (03): Bella passeggiata in questo Pesaro che conosco da parecchi anni...

Bella passeggiata in questo Pesaro che conosco da parecchi anni. Passo dalle eleganti strade burghesi della città, colle sue orgogliose ville di stile Liberty, l’Art Nouveau versione italiana.   Strano come questo movimento dell’Art Nouveau ha avuto tanto successo, in particulare nelle grandi città industriali, colle loro borghesie arricchite che volevano dimostrare tanto la loro ricchezza quanto la loro modernità.   Ma a Barcellona, il movimento si è...

Ici, Rossini

Ah, mes amis, je reviens de temps en temps sur terre pour m’amuser à cette comédie humaine que mon ami Balzac a si bien décrite et qui fait tout le charme de mes petits opéras bouffons… Je reviens de temps en temps, mais n’en reviens pas d’être encore si choyé à Pesaro, dans les Marches, en Italie, où je suis né.   On me surnomme d’ailleurs ‘il Cigno di Pesaro’, le Cygne de Pesaro.  ...

Appunti italiani (2): L'Italia, per la sua forma di stivale, ha qualcosa di fondamentalmente slanciato ed elegante...

L'Italia, per la sua forma di stivale, ha qualcosa di fondamentalmente slanciato ed elegante: si va da Nord a Sud, ed il treno può quasi fare il viaggio in linea retta - lo sviluppo dei treni rapidi, dei cosidetti 'pendolini', è stato più facile qua, la geografia aiuta molto.   Da Torino a Brindisi, cioè dalle Alpi al tacco dello stivale, ci vogliono sei ore più o meno - niente. Poi i treni, non è che costino così tanto, comparato colla Svizzera: per esempio oggi, da Milano a Pesaro, faccio quasi mezzo paese e mi costa, in questo treno veloce, cinquantaquattro euro (settantacinque euro, se avessi viaggiato in prima classe).  ...

Pesaro (14): 'Torvaldo e Dorliska' de Rossini ou Promenons-nous dans les bois

Je n'étais pas si bien placé que les autres années pour ce 'Torvaldo e Dorliska' de Rossini, dans le cadre du Festival Rossini de Pesaro 2017, un opéra de 1815, la même année que le 'Barbiere di Siviglia', et dont la première a aussi eu lieu à Rome.   Inspiré d'un livre, 'Lodoiska', de Francesco Gonella (1796) que Cesare Sterbini - le librettiste du 'Barbiere' - avait adapté, l'opéra est aussi un remake d'une pré...

Appunti italiani (1): mi restavano trenta minuti da aspettare...

Strano: mi restavano trenta minuti da aspettare per il treno in stazione, e sono andato a mangiare qualcosa nel café del corridoio della stazione di Milano Centrale - sempre questo sistema di "scontrini" che devi comprare prima, dando con anticipo quello che mangerai e beverai - nel mio caso, volevo un panino alla mortadella, ma non ce l'avevano. Ho finalmente preso quello col prosciutto, un macchiato e un bicchiere d'acqua frizzante, tutto per sette euro.   Al momento di dire quello che volevo alla cameriera, impossibile: non trovavo le parole.  ...

Pesaro (13) : Rossini et le sexe ou 'La Pietra del Paragone'

C’est toute l’originalité et la spécificité du Festival Rossini de Pesaro (le ROF, pour les intimes) que d’offrir, année après année, jusqu’à quatre opéras du Maestro, et pas des plus connus (en 2017 : ‘Torvaldo e Dorliska’, ‘Le Siège de Corinthe’, ‘La Pietra del Paragone’ et le traditionnel ‘Il Viaggio a Reims’) dans des mises en scène rafraichies, inventives, originales, par les plus grands chanteurs ou ceux en passe de le devenir, et de permettre d’...

À propos du 'Journal Vagabond'

Au bas des textes que je publie plus ou moins régulièrement dans ce blog, vous trouverez souvent la mention de ce que j'ai intitulé mon 'Journal Vagabond', avec une première date qui correspond à la date de publication dans mon blog personnel, et une deuxième date, en italique, qui correspond à l'année où j'ai consigné ces mots dans les multiples cahiers quadrillés (bleus souvent, noirs ou rouges, quelquefois) qui constituent mon journal.  ...

Cioran et l'Espagne (et moi, quelque part)

Il n'y a pas à dire: la culture, c'est ma danseuse.   Au début je regarde ou j'écoute, puis je feuillette, puis je m'assois, puis je lis... et puis, quelquefois c'est le coup de foudre, irrésistible, et j'achète en priant que la Providence divine (ou tout autre système impressionniste de répartition pécuniaire) trouve un moyen de me faire arriver à la fin du mois.   Surtout quand il s'agit d'une édition en un volume des oeuvres complè...

Paul Morand: 'L'Europe Galante', quelle liberté!

Je relisais "L'Europe Galante", de Paul Morand, des nouvelles d'une virtuosité et d'une élégance incomparable.   Étonnant, aussi, comme on peut extraire facilement des textes de Morand leur colonne vertébrale (mais la chair autour est délicieuse aussi).   VAGUE DE PARESSE     "En 1915, je fis connaissance, à Londres, d’une Hollandaise, née d’on ne sait quelle Java. Elle était é...

Linguistique de la langue ou linguistique de la communication ?

LES NOUVEAUX MÉDIAS    Le XXe siècle est caractérisé par la création et le développement extraordinaire des médias et des moyens de communication. Cette révolution médiatique est comparable à la création du papier en Chine et à l’invention de la presse par Gütemberg en Europe, car là aussi, ce fut une accélération de la communication qui s’ensuivit, à cette diffé...

Stefan Zweig, le bourgeois guindé qui s'encanaille

Hier soir, terminé de lire 'Amok' de Stefan Zweig, un recueil de trois nouvelles  - 'Amok ou le fou de Malaisie', 'Lettre d'une inconnue' et 'La Ruelle au clair de lune' - autour de la passion amoureuse, ou plutôt de la névrose amoureuse.   Je reconnais la patte de Zweig, sa fascination pour la 'possession' amoureuse, et un certain sadomasochisme (toutes les nouvelles traitent de cet 'Amok', de cette 'folie' impossible à contenir).   Je trouve, comme toujours qu'il y a quelque chose de profondé...

Quand l'Orient modernisait l'Occident

ORIENT ET OCCIDENT   C'est pendant la période des Croisades que la lutte contre l’Infidèle devient l’idéal chevaleresque. Les Musulmans sont considérés comme païens. Pourtant, en parallèle, les échanges commerciaux et intellectuels (officiels ou officieux) sont nombreux: l'embargo du Pape sur les marchandises à destination du monde musulman créa, par contrecoup, tout un système de contrebande, et de grands intellectuels comme Abé...

Le cinoche, art kolossal

Dans l’avion, deux sièges plus loin sur ma gauche – je suis assis au 6D, côté droite du couloir –, il y a un jeune Chypriote qui regarde 'XXX : Reactivated', un film de D. J. Caruso.   C’est une de ces superproductions pour le marché international : au côté du chauve et stéroïdé  Van Diesel on trouve, entre autres, Samuel L. Jackson, Donnie Yen (un acteur acrobate chinois) Deepika Batukone (une magnifique actrice indienne) et le footballeur bré...

Wagner, le vaisseau-fantôme fait beaucoup de bruit!

Je reviens d’une représentation du Vaisseau fantôme de Wagner, en allemand Der fliegende Holländer, en anglais The Flying Dutchman, en catalan L’Holandès Errant... Selon les langues, on ne parle que du bateau, ou alors le Hollandais vole, ou il erre.   Je pense toujours à la célèbre boutade de Woody Allen : « Quand j’écoute du Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne. »   Comme dans la majorité...

L'Invitation au voyage en poésie

De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l’Impair Plus vague et plus soluble dans l’air, Sans rien en lui qui pèse ou qui pose ... Car nous voulons la Nuance encore, pas la Couleur, rien que la nuance ! Oh ! la nuance seule fiance Le rêve au rêve et la flûte au cor ! ... Prends l’éloquence et tords lui son cou ! Tu feras bien, en train d’énergie, De rendre un peu la Rime assagie. Si l’...

'Sur un air de Ramuz': présentation du spectacle

Ceux qui connaissent Charles Ferdinand Ramuz – et Igor Stravinsky, et Ernest Ansermet, et René Auberjonois, et Gilles... – connaissent forcément la célèbre 'Histoire du soldat' (1918). Igor Stravinsky, séjournant en Suisse pour cause de guerre, avait demandé à Ramuz d’adapter pour la scène un conte russe traditionnel. L’œuvre musicale fit date et reste un classique, joué régulièrement sur les scè...

De 'Rossini/Satie: Musique, Amour et Fantaisie', ils ont dit...

Du spectacle Rossini/Satie : Musique, Amour et Fantaisie, ils ont dit :   « Carissima Oksana, carissimo Sergio : c’est gentil à vous de me rendre hommage. Et puis, tout le monde parle de mes opéras, mais mes Péchés de vieillesse ne sont pas mal non plus (et ne parlons pas de mes recettes de cuisine). Avanti, ragazzi e in bocca al lupo ! »  – Gioachino Rossini   « Après Wagner et Debussy, qu’...

'Rossini/Satie: Musique, Amour et Fantaisie' - la critique de Jean-Louis Kuffer

PASSION DE LIRE (24 HEURES) 23/07/2016 Première à l'alpage     À propos de la représentation, le 14 juillet 2016 à La Comballaz, de Musique, Amour et Fantaisie, duo de Sergio Belluz (chant) et Oksana Ivashchenko (piano) célébrant deux génies volontiers folâtres : Rossini et Satie.     La fantaisie est assez rare aujourd'hui, dans les lieux de culte souvent graves voire compassé...

Rossini/Satie: Musique, Amour et Fantaisie' - la critique de Jean Lugrin

  MUSIQUE À LETTRES VIVANTES: NE TOURNONS PAS LE DOS À ROSSINI publié dans 18 juillet 2016 par Le Cotterg dans Culture // 0 commentaire   Je déteste Rossini ! Pas le morceau de viande, ni la Petite Messe Solennelle, mais ses opéras m’ennuient. Mon cerveau est certainement trop lent pour apprécier les tarataratatatatatataratarataratatatatata, rattatatatarataratatatttttattttatataratatata, et caeteratata de ses airs de bravoure. Ma diction est lente. Peut-ê...

Rossini/Satie: Musique, Amour et Fantaisie

Et si Gioachino Rossini et Erik Satie descendaient de leur nuage pour parler musique ?   Les titres de certaines de leurs oeuvres pourraient être interchangeables : à l’un on doit Ouf ! les petits pois, Mon prélude hygiénique du matin, Hachis romantique, Étude asthmatique ou Des tritons, s’il vous plaît, à l’autre on doit des Chapitres tournés en tous sens, une Chorale hypocrite, des Peccadilles importunes, des Descriptions automatiques ou des Croquis et Agaceries d’...

Mais pourquoi, 'Toâ et Moâ'?

... Parce que Paul Géraldy a écrit un superbe recueil de poèmes intitulé Toi et moi (1912)   ... Parce que Marcel Achard a écrit une drôle de comédie intitulée Voulez-vous jouer avec Moâ ? (1923)   ... Parce que le cubain Moisès Simons a composé une opérette hilarante sur des textes de Bertal-Maubon et Chamfleury intitulée Toi c’est moi (1934)   ... Parce que ‘Monsieur Moâ...

Toâ et Moâ: présentation du spectacle

L’humour, l’insolence, le second degré, la dérision sont des constantes de la culture française, qu’on retrouve tout autant dans la chanson dite populaire, Yvette Guilbert, Giorgius, Mistinguett, Trénet, Mireille, Ray Ventura, Boby Lapointe, Jean Constantin, Magali Noël, Nino Ferrer, Salvador, Gainsbourg, Dutronc, Marie-Paule Belle et, plus près de nous, Brigitte Fontaine ou Philippe Katerine que chez des compositeurs comme Rameau, Bizet, Poulenc ou Satie.  ...

Sergio Belluz, 'Les Fables de la Fredaine': un bestiaire amoureux!

Dans Les Fables de La Fredaine, vous trouverez:   …Un aigle fleur bleue, une lapine blasée, une araignée rêveuse, une mante déçue, un paresseux tombeur, une guenon lunatique, une abeille bourgeoise, un bourdon frivole, une chouette cul-pincé, des tourtereaux lascifs, un coq dépassé, un lapin pragmatique, un daim lymphatique, une gazelle pleurnicheuse, des hyènes téméraires, un crocodile pince-sans-rire, des renards facé...

Sergio Belluz, 'Les Fables de la Fredaine': L'amour, c'est la jungle!

Elle vous cherche des poux? Il vous fait tourner en bourrique?   C'est normal: l'amour, c'est la jungle!   Sergio Belluz: Les Fables de la Fredaine - tous les goûts sont dans la nature!   (Nicosie: Irida Graphics Arts, 2016)    Illustrations: Chantal Quéhen    

Les Fables de la Fredaine: Présentation Payot

"Sergio Belluz aurait-il découvert un manuscrit inconnu du bon La Fontaine ? Ou aurait-il lui-même, quoi qu’il en dise, opéré le métissage baroque et ludique des Fables et des Contes (nettement plus coquins) de l’écrivain pour en tirer ce recueil aussi piquant que philosophique ? Illustrées par Chantal Quéhen, ces Fables de la Fredaine se font animalières à la manière classique, mais c’...

Les Fables de la Fredaine: la critique de Jean-Louis Kuffer

  Carnets de JLK Riches Heures de lecture et d'écriture     LE 9 FÉVRIER 2017 Des amours de fables     À propos des Fables de la Fredaine de Sergio Belluz, illustrées par Chantal Quéhen. Humour et fantaisie érotico-animalière à foison. Rendez-vous avec les auteurs vendredi soir 10 février, dès 18h. à la Librairie Filigrane d'Yverdon-les-Bains !  ...

Jordi Savall: Ibn Battuta, sans tambour ni trompette, mais avec viole de gambe

C'est avec l'écrivain globe-trotter Ibn Battuta (1304-1377), mis en musique par Jordi Savall et son ensemble Hespèrion XXI, que le festival GREC, le Festival de Théâtre de Barcelone, s'est conclu sur la scène du magnifique amphithéâtre à la grecque situé sur la colline du Montjuïc.   Un très beau concert où, entre deux extraits du passionnant journal de voyage d'Ibn Battuta - le Maroc (il est né...

La puissance et la magie du texte au théâtre (‘Les Troyennes’ d’Euripide)

LA FORCE DU VERBE   Je suis convaincu qu’un des critères majeurs pour juger de la valeur d’un texte de théâtre – je ne parle pas de création scénique, mais bien de texte, et de texte écrit spécifiquement pour la scène – est le fait que les grands textes théâtraux se suffisent à eux-mêmes, qu’ils restent toujours actuels, qu’ils détiennent une parcelle des constantes humaines, qu’...