sergiobelluz

sergiobelluz

* Jacques de Loustal *


Panorama du roman graphique # 48: Jacques de Loustal, 'Carnet de voyages 1997-1999' (2000)

Un vrai carnet dessiné, plein d’atmosphère(s) en noir et blanc, avec quelques planches couleurs. On passe de l’Equateur au Bénin, en passant par le Mexique, New York, Lisbonne, la Grèce en février, la Chine (Pékin et la Grande Muraille).

 

Suite de notations atmosphériques, impressionnistes très fines, pour le Mexique des affiches locales de stars (mariachis, chanteuses, éleveur de coqs, etc…), pour New York trois noirs lookés se promenant dans les rues, des énormes publicités sur les murs d’immeubles, un roof garden, pour le Bénin, des petits bouibouis au bord de la mer…

 

loustal.jpg

 

Panorama du roman graphique* # 48: Jacques de Loustal, Carnet de voyages 1997-1999 (Paris : Seuil, 2000)

 

(la suite au prochain épisode)

 

*On devrait dire « narration graphique »: sous l’étiquette commerciale de « roman graphique » (de l’américain « graphic novel ») sont réunies des bandes dessinées pour adultes où l’on trouve fictions, biographies, récits de voyage ou reportages.

 

©Sergio Belluz, 2015.


11/07/2015
0 Poster un commentaire

Panorama du roman graphique # 47 : Jacques de Loustal, 'Coronado', sur une nouvelle de Dennis Lehane (2009)

Jacques de Loustal, architecte au superbe graphisme, très cinématographique: ici, il s’agit d’une nouvelle de Lehane dans laquelle un jeune qui sort de prison après 4 ans. Son père l’attend dehors. Il a été en prison à cause du vol d’un diamant. Le jeune s’est fait attraper parce qu’il a reçu 2 balles dans la tête pendant sa fuite, mais Gwen, sa petite amie, à qui il a confié le diamant en lui enjoignant de le cacher près d’une foire foraine, a pu s’enfuir mais n’a pas donné de nouvelles depuis. Le jeune feint l’amnésie lorsque son père vient le rechercher, car le père est aussi un malfrat, plus intéressé par le diamant que par son fils. On apprendra plus tard qu’il a tué Gwen mais n’a pas trouvé le diamant, qu’elle avait avalé. On suppose qu’il a aussi tué sa femme, la mère du jeune.

 

Récit magnifique, très peu de dialogues, une structure alternant les pages avec un seul plan et les pages divisées en 2 images, avec une luminosité à la Hopper, d’où un grand lyrisme lié aux paysages  urbains et aux terrains vagues.

 

loustal.jpg

 

Panorama du roman graphique* # 47 : Jacques de Loustal, Coronado, sur une nouvelle de Dennis Lehane (Paris : Rivages/Casterman/Noir, 2009)

 

(la suite au prochain épisode)

 

*On devrait dire « narration graphique »: sous l’étiquette commerciale de « roman graphique » (de l’américain « graphic novel ») sont réunies des bandes dessinées pour adultes où l’on trouve fictions, biographies, récits de voyage ou reportages.


10/07/2015
0 Poster un commentaire

Panorama du roman graphique # 46: Jacques de Loustal et Paringaux, 'Barney et la note bleue (1987)

Magnifique album, au style très coloré – rouges et jaunes – très bluesy et très jazzy sur un musicien jazz raté.

 

barney-wilen-et-la-note-bleue.jpg

Panorama du roman graphique* # 46: Jacques de Loustal et ParingauxBarney et la note bleue (Bruxelles: Casterman, 1987)

 

(la suite au prochain épisode)

 

*On devrait dire « narration graphique »: sous l’étiquette commerciale de « roman graphique » (de l’américain « graphic novel ») sont réunies des bandes dessinées pour adultes où l’on trouve fictions, biographies, récits de voyage ou reportages.

 

 

 

©Sergio Belluz, 2015.


09/07/2015
0 Poster un commentaire