sergiobelluz

sergiobelluz

* de ci de là, cahin caha *


Rimini Fellini

J’avais 5 ans quand j’ai découvert Rimini, non pas que nous y séjournions, mes parents et moi, Rimini était déjà une station chic et chère dans les années 60. Nous, on était plutôt en pension complète à Riccione ou à Cattolica, juste à côté. Comme les attractions se trouvaient du côté de Rimini, on prenait le bus. Les attractions, pour moi et mes 5 ans, c’était les trampolines et le Delfinario, l’aquarium aux dauphins, qui se trouvait près du port de Rimini.

 

Bien plus tard, en pleine saison touristique, j’y suis retourné, sur cette Riviera Romagnole, j’y ai retrouvé, à Riccione, la Pensione Embassy, où nous avions séjourné et qui, entre deux, s’était transformé en hôtel trois étoiles. J’ai pris un hôtel à Rimini, où je n’ai pas retrouvé les trampolines, mais où j’ai fait un pèlerinage au Delfinario magique de mon enfance, qui ressemblait bien à celui de ma mémoire, avec ses hublots qui permettaient de voir les dauphins évoluer sous l’eau. Mes yeux d’adultes remarquaient aujourd’hui son élégante architecture Art Déco, le style balnéaire par excellence.

 

Rimini, en été, c’est depuis plus de 60 ans une gigantesque usine à tourisme : il y a les habitués, souvent des familles de classe moyenne italienne qui y viennent chaque année, qui y séjournent deux ou trois semaines en demi-pension ou en pension complète, qui réservent leur chaise longue et leur parasol pour toute la durée de leur séjour et qui dansent le « liscio », les slows, joués par les orchestres engagés par les hôtels du coin. Et puis il y a la jeunesse européenne qui vient pour s’éclater une semaine ou deux dans les célèbres discothèques aux DJ les plus prestigieux.

 

Ce qui pourrait être un enfer touristique garde un charme étonnant, quelque chose de la dolce vita italienne des années 50, avec ses élégants pins parasols géants en forme d’allées ombragées le long des grandes avenues du bord de mer, et qui entourent les très belles villas Art Déco de la jet-set des années 30 et les villas audacieuses de celle des années 50 – on s’imagine des  gens de cinéma, des chanteurs populaires, des champions automobiles, des footballeurs, on entend en bande son les Ferrari rouges qui continuent à vrombir par intervalles dans ce lieu fellinien où ‘L‘Amarcord’ se mêle à l’orgie finale de ‘La Dolce Vita’…

 

Pourtant, les souvenirs d’enfance sont plus puissants que le cinéma, plus puissants que l’imaginaire de Fellini, et mon Rimini à moi reste à jamais attaché aux dauphins, aux trampolines, aux annonces tonitruantes et musicales des hauts-parleurs sur les plages, aux alignements de parasols divisés par couleurs et par hôtels, et à ce confort familial, joyeux et indéfinissable des pensions modestes de stations balnéaires populaires.

 

sergioaITriccionespiaggiamammaio01.jpg

 

©Sergio Belluz,2015.


27/07/2015
0 Poster un commentaire

L’Allemagne et la Grèce, ou ‘Pasqualino Settebellezze’

S’il y a quelque chose à retenir de « la crise grecque », c’est qu’elle illustre parfaitement la montée des nationalismes, les disparités sociologiques, les abimes philosophiques et les constantes historiques et humaines de pays censés être égaux au sein de l’Union européenne. Au final, rien de nouveau sous le soleil.

 

D’abord, inutile de se faire des illusions : de très rares pays européens – la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, l'Espagne aussi, à cause du catholicisme omniprésent et en dépit des nationalismes catalans ou basques – sont de vraies nations, ont une vraie unité culturelle, due souvent à une histoire et à une religion relativement unitaire, à des batailles nationales menées ensemble, à des frontières naturelles, aussi, et à une unité linguistique acquise en gommant violemment les différences par l’imposition d’une langue unique et l’écrasement des langues minoritaires...

 

Le reste, dont la Suisse fait partie, est constitué de pays bâtards, de constructions bricolées qui se maintiennent grâce à des interprétations historiques et idéologiques et à des intérêts économiques ou géostratégiques. C'est au XIXe  siècle, entre 1815 (date de la chute de Napoléon et du Traité de Vienne qui redistribuait les territoires annexés par Napoléon) et 1848 (date de la Deuxième République française et de la première constitution fédérale suisse) que se sont créés artificiellement la majorité des états européens actuels (Suède, Suisse, Belgique, Roumanie, Grèce...), le reste, y compris certains états disparus ou en voie de disparition aujourd’hui, datant de la chute de l’Empire ottoman, de celle de l’Empire austro-hongrois ou de celle de l’Empire soviétique.

 

Dans le cas de la Grèce, c’est encore plus compliqué : à part l’orthodoxie et le cyrillique, la langue écrite, qui en fait un intermédiaire tout trouvé entre l’Europe de l’Ouest et celle de l’Est – dont certains pays, la Roumanie, la Bulgarie, ont été longtemps dirigés par des Grecs mandatés par les Ottomans –, c’est surtout l'ennemi ottoman puis turc qui est devenu peu à peu un facteur identitaire et un facteur d'unité nationale, bien artificiel, d’ailleurs, le café grec, entre autres, étant d’origine turque...

 

C’est un des nombreux non-dits de cette crise grecque : la vraie frontière Orient-Occident n'est pas la Turquie, mais bien la Grèce, qui, tout comme la Russie, se réclame aussi de son rôle (imaginaire ?) de dernier rempart pour la défense de la Chrétienté....

 

À cela s’ajoutent les usages millénaires de la Méditerranée, les familles omnipotentes, les népotismes, les magouilles claniques, le côté tonitruant, colérique voire caractériel, le côté ‘après moi le déluge’, le côté (justifié historiquement) ‘je me méfie de l’État’, le côté ‘je ne m'occupe de ce qui m'est profitable et ne pense jamais au bien commun’, le côté bon vivant aussi...

 

Un film extraordinaire de la réalisatrice italienne Lina Wertmüller, Pasqualino Settebellezze (1975), synthétise magnifiquement cette différence profondément humaine : un Napolitain (le fabuleux Giancarlo Giannini) est fait prisonnier par les allemands. On l’envoie en camp de concentration en Allemagne. Il parvient, en utilisant ses dernières forces, à séduire l'énorme et cuirassée garde-chiourme allemande, et à rester en vie jusqu’à la fin de la guerre. L'Allemande, séduite mais pas dupe, lui dit quelque chose comme : « Vous, les Méditerranéens, vous arriverez toujours à nous survivre, parce que vous êtes des concrets, ce qui compte pour vous c'est d'abord de vivre, tandis que nous, nous sommes des idéalistes, nous cherchons toujours la vie parfaite et nous en mourons »...

 

©Sergio Belluz, 2015.

 

a+Lina+Wertmüller+Seven+Beauties+Pasqualino+Settebellezze+PDVD_006.jpg


26/07/2015
0 Poster un commentaire