sergiobelluz

sergiobelluz

* notes bataves *


Notes bataves 10: Amsterdam

Dans le tram, il y a un guichet, un vrai, dans une sorte de kiosque. Cette fois-ci, c’est une musulmane aux cheveux enfoulardés qui m’a répondu un peu sèchement, mais qui finalement s’est radoucie et m’a expliqué qu’il fallait que je descende à Alexanderplein pour ensuite prendre un autre tram jusqu’à la gare centrale.

 

En fait, je suis descendu plus tôt, parce qu’on a passé devant ce grand moulin  qui est devenu une attraction avec café, et que je voyais toujours en arrivant en train depuis Utrecht.

 

Pour arriver à ces endroits, je suis parti de la gare, me suis dirigé vers le Conservatoire d’Amsterdam, puis vers le ‘Nemo’ (le Musée des Sciences, un architecture de Renzo Piano, à la forme d’une baleine ou d’un cachalot, à moins que ce ne soit un sous-marin), j’ai ensuite pris en direction d’une sorte de cube où était écrit en grosses lettres KLIMMUR CENTRAAL, il y a une passerelle qui mène à un très joli parc, le Dijksparlk (‘le parc de la digue’), une sorte de quartier alternatif, ou faussement alternatif, ou alternatif revisité, où on trouve des « jardins biologiques », une guinguette très jolie et faussement bric-à-brac, qui fait face au Nemo.

 

La promenade continue le long d’un canal avec des péniches habitées, mais de nouveau plutôt ‘bobo’, avec des sortes de petits coins café, il y a même un lustre en tissu qui pend d’un arbre...

 

Une Amsterdam moins touristique, moins connue et plus intéressante pour moi, à vrai dire. J’ai rêvassé, marché, fait des tas de photos (il y a une école en pur style Art Déco).

 

Une fois de retour à la gare, j’ai pris, de l’autre côté, le ferry pour ‘The Eye’ où je finis gentiment l’après-midi en sirotant une bière à une terrasse et à l’ombre (il fait une chaleur torride).

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

IMG_20160606_111403.jpg


15/07/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 09: les docks de l'est.

Les « docks de l’est » d’Amsterdam sont en plein développement. C’est une zone industrielle qui peu à peu se transforme en lieux branchés.

 

On y trouve l’INIT, un bâtiment hypermoderne où se trouvent certains bureaux de l’administration de la ville, mais aussi, je crois, l’école d’architecture – et le bâtiment est superbe, un peu dans le style de Meuron à l’extérieur, vitré/bleuté, mais très aéré à l’intérieur, qui n’est que baies vitrées et poutre métalliques qui se croisent sous une sorte de tente arrondie en métal – et juste à côté, il y a un café dans un ancien entrepôt, ou peut-être que c’était déjà un café, ou un atelier, ça s’appelle ‘Kornuit’, c’est à côté de grandes grues de chargement et de déchargement de bateaux, il y a une plage de sable (avec chaises longues, parasols, etc.) à côté des grues.

 

C’est très branché, il y a même, comme un gag, une ironie, un siège de gardien de plage, surélevé et vide, évidemment. C’est la jeunesse de l’Institut d’architecture qui débarque, j’imagine.

 

Il y a aussi des tas de quartiers ‘sociaux’, subventionnés (un grand canal sépare ces docks de la voie ferrée), et, à force de marcher, je suis arrivé à cette grande rue du Tsar Pierre de Russie (« Czaar Peterstraat ») où on trouve des tas de petits bistros « à la russe » et où j’ai pris un tram pour rejoindre la gare.

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

IMG_20160606_115920.jpg


13/07/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 08: The Eye.

Il y a toujours des faux-frais... En l’occurrence, à part les tickets de bus ou de train, je veux parler des trois DVD en promotion que je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter à la Cinémathèque néerlandaise, The Eye, L’Oeil, de l’autre côté de la gare, cette cinémathèque en forme d’oeil, qui joue sur le son ‘The Eye’ et sur la rivière (ou le canal) IJ, qui se prononce de la même manière, qui sépare la gare d’Amsterdam de ce coin, à Amsterdam Noord, en plein développement.

 

La dernière fois que j’y étais venu, il y avait beaucoup de terrains en friche autour de ‘The Eye’. Aujourd’hui, à côté, il y a un bâtiment, une tour, avec un bar-observatoire, comme une sorte de tour de contrôle branchée, et il y a The Amsterdam School of Arts, juste derrière, qui regroupe danse, arts de la scène en général et multimédia, je crois. Il y a aussi de délicieux petits cafés branchés, comme celui où je suis en train d’écrire, le Café Le Pont, mais aussi celui d’à côté, The Right, qui fait également office de salle de concert pop, et où j’ai mangé.

 

Les deux endroits ont la particularité de ne pas accepter de cash, juste les cartes de crédit ou de débit, même pour un espresso.

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

IMG_20160606_155708.jpg


06/07/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 07: Lekker.

C’est de la culture dans le sens très profond du terme. Pour dire que quelque chose est bon, les Néerlandais disent que c’est « lekker », et moi, j’entends une sorte d’adjectif qui renvoie à quelque chose de plaisant, pas à quelque chose de savoureux (lié à la saveur).

 

Ça me fait le même effet que le terme « food » pour les anglo-saxons qui, pour moi, a trait à la fonction nutritive de ce qu’on mange, pas à sa saveur.

 

On dit « good food », une généralité, quand un européen du sud de l’Europe, un Français par exemple, dirait « de bons plats » (sous-entendu préparés, cuisinés).

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

La Haye.JPG


05/07/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 06: Zandvoort.

Zandvoort aan Strand, à côté de Haarlem, est très agréable, comme peut l’être une station balnéaire populaire et bon enfant dès que les beaux jours sont là.

 

Il y a des camionnettes qui proposent de la nourriture populaire hollandaise (les kebeling, ces délicieuses boulettes de poisson frit ou alors du hareng cru entre deux tranches de pain, ou des sandwiches).

 

Les plages sont bondées et les gens se baignent alors que l’eau doit être assez froide encore (plus qu’en Méditerranée en tout cas).

 

Il y a toutes ces petites tentes coupe-vent installées sur les plages, le problème étant toujours ce sacré vent qui souffle fort et en continu, ici.

 

Et tout le monde en tenue d’été, nu-pieds, costumes de bain...

 

Il suffit d’y croire.

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

IMG_20160605_165604.jpg


30/06/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 05: Houten.

Houten, une ville-dortoir, mais très bien conçue, ça se trouve près d’Utrecht.

 

On y trouve, par exemple, tout un complexe moderne de très jolies maisons familiales autour d’un lac artificiel, mais aussi d’anciens ateliers de fabrication de filets de pêche restructurés en villas très lumineuse et très design.

 

Il y a une sorte de grande place centrale ronde autour de laquelle s’organisent les commerces. Comme partout aux Pays-Bas, se côtoient un Albert Heijn, un Hema (une sorte de Monoprix), un Kruitvart (le nom veut dire herboriste, c’est à dire droguiste) où on trouve de tout à bon marché.

 

Et une curieuse église, dont la croix est créée par le ciel, littéralement.

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

IMG_20160605_132235.jpg


29/06/2016
0 Poster un commentaire

Notes bataves 04: Le Prisonnier

Il y a dans l’habitat hollandais, avec ses volets à carreaux rouges, ses petits jardins proprets et très alignés, ces vitres astiquées et sans rideaux, ces cyclistes partout, ces petits meubles de jardin faussement vieux quelque chose de l’univers totalitaire de la série Le Prisonnier, un joli village de nains qui cache un univers contraignant.

 

©Sergio Belluz, 2016, Le journal vagabond (2016).

 

 

 

Oud Zuilen.jpg


28/06/2016
0 Poster un commentaire