sergiobelluz

sergiobelluz

Spaghetti à l’automate.

Je me faisais la réflexion que même dans ses automates le Vaudois est plus lent : là où à Genève un grand parcourt me coûte Frs 2.- (avec le demi-tarif), que je paie avec ma Postcard (presque tous les automates genevois proposent cette option, ainsi que le choix d’autres cartes, de débit comme de crédit), ce qui est bien pratique quand on n’a pas de monnaie, à Lausanne, le même trajet urbain, toujours avec le demi-tarif, me coûte Frs 2.40 que, sans monnaie, je peux parfois payer avec ma Postcard sur quelques automates choisis qui, en plus, mettent des plombes à

 

1) lire la carte

2) contacter l’établissement postal ou bancaire

3) charger le clavier pour taper le code secret

4) enregistrer ce code

5) l’envoyer à l’établissement postale ou bancaire

6) confirmer que le paiement est fait

7) dire qu’on peut retirer la carte et

8) afficher sur l’écran tactile de l’automate l’option « reçu » ou « pas de reçu ».

 

Pendant ce temps, au minimum deux bus vous passent sous le nez, alors que les mêmes automates à Genève font toutes ces opérations en quelques secondes.

 

L’automate s’adapte-t-il au rythme autochtone, allant plus vite à Zurich qu’à Berne, par exemple ?

 

L’ingénieur, le fabriquant, voire l’assembleur de l’automate, par solidarité cantonale  peut-être, programme-t-il l’automate pour qu’il s’adapte aux biorythmes respectifs des 26 cantons suisses ?

 

Un algorithme diabolique a-t-il été inventé pour que l’automate repère tout crypto vaudois, même italo-suisse, afin de rajouter immédiatement cinq minutes à chaque action ?

 

J’ai posé la question à Google, et j’attends encore la réponse : on m’a tout de suite transféré sur Googlevaud. Je vous tiens au courant.

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2016).

 

 

apple.jpg



01/03/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres