sergiobelluz

sergiobelluz

Tata Bijou.

Le taux de verbiage contemporain atteint des sommets vertigineux.

 

Une dame, montée dans le train à Brig avec sa petite fille, a passé tout le trajet Brig-Lausanne à appeler tout son monde, et surtout « Tata Bijou », pour lui dire de venir l’attendre à la gare, en lui disant qu’elle la rappellerait pour lui donner plus de détails.

 

Elle demande ensuite au contrôleur de lui préciser sur quel quai elle arriverait, et aussi dans quel wagon elle se trouvait.

 

Puis elle rappelle Tata Bijou pour lui expliquer en accentuant toutes les terminaisons, qu’il faut quelle vienne ab-so-lu-ment l’attendre au quai 7, et pour lui préciser qu’elle se trouve dans le wagon 4, « le wagon, c’est comme une voiture, et alors tu comptes 1, 2, 3, 4 et tu arrives au numéro 4, tu as compris ? C’est très im-por-tant que tu viennes, tu com-prends ? ».

 

Elle a ensuite appelé une autre de ses amies pour lui expliquer toutes ses vacances en long et large et en travers.

 

La faute à un forfait téléphonique illimité et à un degré zéro illimité de la communication, sans compter la communication non verbale de la petite fille qui s’emmerde pendant que maman blablate, et qui, pour attirer son attention, fouille dans le sac de sa mère, vide toute sa trousse de toilette ou tape sur la tablette pliable du train.

 

Mais un très joli trait de la gamine. La mère dit, pour je ne sais quelle information supplémentaire : « Je vais demander le contrôleur » (elle va le chercher et revient l’attendre à sa place). La petite : « alors, le contrôleur, il a dit quoi ? – il arrive. – il arrive où ? »

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2014).

 

bla.jpg



05/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres