sergiobelluz

sergiobelluz

Surréaliste, Giorgio de Chirico ?

GIORGIO DE CHIRICO, SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT

 

Extraordinaire exposition Giorgio de Chirico à la Fundació CaixaFòrum de Barcelone : luminosité, humour, classicisme, beauté des formes, décalage...

 

Rien à voir avec un Dalì, qui joue, lui, sur les illusions d’optiques. Ni avec le surréalisme en général, qui s’escrime à vouloir exprimer l’inconscient. De Chirico est surtout un peintre profondément méditerranéen, concret, sensuel et terrien, tout le contraire d’un cérébral.

 

Faute de mieux, puisqu’en ces temps de marketing il faut une étiquette vendeuse, on lui a collé une étiquette de « peintre métaphysique » qui reste bien superficielle.

 

Je trouve qu’il rejoint plutôt les peintres de la solitude humaine, dans ce qu’elle a d’éternel et de magnifique, l’homme et sa superbe, pourrait-on dire en jouant sur le double sens de « superbe ».

 

Cet espèce de soleil éternel, dû aux éléments surexposés de chacun de ses tableaux, crée des perspectives selon le degré d’ombre et de lumière écrasante et met en valeur la beauté des formes – c’est toute la singularité de Giorgio De Chirico.

 

Ça rejoint aussi, pour moi, les tableaux de Balthus et leur rêverie figée dans l’instant, ceux d’Edward Hopper aux architectures écrasantes ou trop ensoleillées où l’homme est encadré et isolé par ses propres constructions et médite sur son destin dérisoire, ceux, sensuels, de David Hockney, pour la luminosité et la géométrie de ses piscines californiennes sur fond de villas blanches, et même ceux de Marius Borgeaud, dans sa manière d’isoler et d’accentuer les accessoires, montrant que la réalité n’est qu’un décor.

 

CLASSIQUE, L'HUMOUR EN PLUS

 

Et puis, il y a l’ironie sous-jacente, l’humour. Dans une interview De Chirico explique comment lui était venu l’idée de son tableau avec un fauteuil, une chaise devant une grande armoire au milieu d’une sorte de plaine désolée : « Je me promenais dans la rue et j’ai vu ces meubles mis sur le trottoir, je trouvais qu’ainsi, hors contexte, on en voyait toute la beauté et toute l’absurdité. »

 

On a attribué son attirance pour les temples grecs ou les allusions mythologiques diverses (celles de Cocteau, en particulier, qu’il a illustrées) au fait qu’il était né à Athènes, où il a vécu jusqu’à ses 19 ans, mais en réalité, l’originalité de son oeuvre vient surtout de son côté autodidacte, qui, tout comme David Hockney, lui a fait scruter les tableaux qu’il admirait, et chercher à en comprendre techniquement tous les secrets.

 

Son oeuvre est une étude, une réflexion et une synthèse brillante de toutes les écoles picturales et de tous les sujets et les genres, tant dans la tradition italienne que dans la flamande.

 

C’est une nomenclature revisitée et modernisée des constantes, que se soient la statuaire, la mosaïque, le dessin, les grands mythes grecs, les natures mortes, les paysages, les portraits à la Franz Hals ou les autoportraits ironiques à la Rubens et à la Rembrandt, le tout dans cette volupté, cette sensualité des formes et des couleurs qui font que chacun de ses tableaux est une mise en abyme et une synthèse de la beauté picturale dans ce qu’elle peut avoir de plus convenu et de plus extraordinaire à la fois : « Tout le monde croit que la fantaisie, c’est le don d’imaginer des choses qu’on n’a pas vues. Pour un peintre et un artiste en général, c’est le pouvoir de transformer ce qu’on a vu. »

 

©Sergio Belluz, 2017, Le journal vagabond (2017).

 

Illustrations :

 

- Meubles dans la vallée (1968)

- Orphée, Pénélope et Télémaque (1970)

- Bain mystérieux (1974)

- Le Repos du gladiateur (1968)

- Oedipe et le Sphynx (1968)

- Campo Santo Stefano en songes (1973)

- Le Retour d’Ulysse (1973)

- Vision métaphysique de New York (1975)

- Venezia, Isola San Giorgio (1957)

- Minerve avec fruits (1973)

- Piazza d’Italia con fontana (1968)

- Le Contemplateur (1976)

- Autoportrait (1925)

- Autoportrait (1945)

- Autoportrait (1948)

 

 

01 1968 De Chirico Meubles dans la vallée.jpg

 

02 1934 De Chirico Illustrations pour Mythologie de Cocteau.jpg

 

03 1970 De Chirico Orphée Pénélope et Télémaque.jpg

 

04 1974 De Chirico Bain mystérieux.jpg

 

05 1968 De Chirico Repos du gladiateur.jpg

 

06 1968 De Chirico Oedipe et le Sphynx.jpg

 

07 1973 De Chirico Campo Santo Stefano en songes.jpg

 

08 1973 De Chirico Le retour d'Ulysse.jpg

 

09 1975 De Chirico Vision métaphysique de New York.jpg

 

10 1957 De Chirico Venezia Isola San Giorgio.jpg

 

11 1973 De Chirico Minerve avec fruits.jpg

 

12 1968 De Chirico Piazza d'Italia con fontana.jpg

 

14 1925 De Chirico Autoportrait.jpg

 

15 1945 De Chirico Autoportrait nu.jpg

 

16 1948 De Chirico Autoportrait.jpg

 

 



26/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres