sergiobelluz

sergiobelluz

Dans la revue 'Le Passe-Muraille' de Jean-Louis Kuffer

LA REVUE 'LE PASSE-MURAILLE' DE JEAN-LOUIS KUFFER

Revue des idées, des livres et des expresssions

 

logo-PasseMuraille.png

 

https://www.revuelepassemuraille.ch

 

***

 

Edmund White, mémorialiste gay (11 mai 2022)

 

Brillant, sophistiqué, précis, tendre et drôle, Edmund White est un must pour ceux qui veulent connaitre la petite histoire, la culture et la sociologie du mouvement queer depuis les années 1960 à New York et ses rapports avec l’intelligentsia franco-américaine – White est l’un des grands biographes de Jean Genet –, mais aussi pour tout ceux qui aiment la littérature de l’intime, l’écriture au jour le jour et les confidences littéraires où se côtoient vague à l’âme et humour quelquefois tendre, quelquefois vachard, jamais méchant et toujours drôle.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/edmund-white-memorialiste-gay/

 

***

 

Luc Weibel ou les Mythologies de Genève (21 avril 2022)

 

C’est un portrait littéraire, érudit et passionnant de la Rome protestante que fait Luc Weibel à travers toute son œuvre, dans laquelle l’admiration, l’humour, la tendresse et quelquefois la nostalgie et la mélancolie n’entravent ni le regard lucide et cruel ni la déconstruction de toute une sociologie et de toute une mythologie sur lesquelles s’est édifiée ce concept humain, suisse et universel intitulé « Genève »

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/luc-weibel-ou-les-mythologies-de-geneve/

 

***

 

Une fée qui valse avec les mots (20 juin 2021)

 

Dans les quelques cent-trente pièces facétieuses et virtuoses de ce recueil savoureux qu’est La Fée Valse, c’est tout l’humour, toute la fantaisie, et toute l’oreille de Jean-Louis Kuffer qui s’en donnent à cœur joie dans un livre que l’OULIPO de Raymond Queneau aurait immédiatement revendiqué comme une suite d’Exercices de style amoureux.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/une-fee-qui-valse-avec-les-mots/

 

***

 

Une Colette helvète (15 avril 2021)

 

Quand on rencontre un parcours sans faute et une œuvre cohérente et magnifique comme celle de Janine Massard, treize œuvres et des poussières parues de 1978 jusqu’à nos jours, on se dit que le monde est bien mal fait et que si le ghetto de la littérature prétendument ‘romande’ n’existait pas, elle aurait été reconnue depuis bien longtemps comme une grande dame de la littérature en langue française grâce à une œuvre fortement autobiographique et magnifiquement écrite qui la range dans une catégorie à part où elle peut tutoyer sans rougir la grande Colette

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/une-colette-helvete/

 

***

 

Les lectures du monde (29 mars 2021)

 

Le Journal de Jean-Louis Kuffer: une petite merveille qui, par la grâce du style et l’intelligence du regard, restera à la fois comme la chronique fouillée, précise, d’une époque passionnante et comme le témoignage émouvant du parcours personnel d’un écrivain dont on connaît la méfiance à l’encontre des idées toutes faites ou de la critique jargonnante, dont on aime l’humour et la lucidité qui le porte à vivre chaque instant à fond et dont on savoure le style sans fioriture, net, presque sec, mais riche, subtil et virtuose, qui tient en laisse une hypersensibilité qui affleure partout.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/les-lectures-du-monde-de-jlk/

 

***

 

Des amours de fables (28 mars 2021)

 

Mélange de classicisme rafraîchi et de baroque parfois échevelé, Les Fables de la Fredaine oscillent entre la brièveté foudroyante et l’esquisse de conte ou l’amorce de nouvelle, en appariant nos amies les bêtes de manière souvent inattendue, voire extravagante.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/des-amours-de-fables/

 

***

 

Les livres cultes ne sont plus ce qu'ils étaient (22 mars 2021)

 

The Catcher In The Rye, c’était un ton neuf à l’époque, avec quelque chose d’insolent qui a tout de suite plu dans ce narrateur adolescent dont l’écriture, dans sa fausse informalité, créée par des sortes de balises lexicales placées ça et là dans la phrase – je les mets en gras – , retranscrit littérairement, en jouant sur les registres, la langue informelle, très datée, dont les collégiens américains se servaient alors pour se différencier des parents qui, de toute façon, ne les comprenaient pas. Le Mystère Salinger – pas d’interviews, pas de photos, et on ne sait pas grand-chose de lui – a fait le reste.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/les-livres-cultes-ne-sont-plus-ce-quils-etaient/

 

***

 

Journal vagabond, mode d'emploi (22 mars 2021)

 

Ce journal, il est vagabond, parce que, par la force des choses, par circonstances familiales, par marginalité, par contraintes matérielles, mais aussi par vocation et par plaisir, moitié-victime, moitié-complice, ma vie est une vie nomade, entre plusieurs logements, plusieurs endroits, plusieurs pays, plusieurs disciplines, plusieurs langues, plusieurs cultures.

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/journal-vagabond-mode-demploi/

 

***

 

La comédie humaine selon Balzac revit dans tous nos feuilletons (17 mars 2021)

 

Dans l’esprit d’un Balzac féru d’inventaires, Sergio Belluz passe en revue les avatars de Paris identifié comme le cœur nucléaire de l’usine atomique du romancier, du Paris-Léviathan qui dévore ses enfants à Paris-Olympe qui consacre leurs ambitions, en passant par Paris-Babylone où tous les plaisirs engloutissent vices et vertus... (Jean-Louis Kuffer)

 

https://www.revuelepassemuraille.ch/11598-2/

 

***

 

 



14/05/2022
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres