sergiobelluz

sergiobelluz

* à l'écoute *


Serge Gainsbourg, poète astucieux

Je suis sûr que ça échappe à tout le monde : on prend La Javanaise pour une simple chanson tendre, on n’en comprend pas bien le titre, on se contente d’aimer sans bien savoir pourquoi son voussoiement désuet et sa douce nostalgie.

 

 

Pourtant, La Javanaise est un exemple parfait de la virtuosité facétieuse de Gainsbourg.

 

L'idée lui en est venue à cause de ce qu'on appelle le javanais, une langue inventée.

 

Le Robert explique bien le truc:

 

Argot conventionnel consistant à intercaler dans les mots les syllabes va ou av. - 1. Argot (REM. 2). Exemple de javanais : chaussure = chavaussavurave

 

Cet un argot assez vieux puisque le Robert le fait remonter à: 1857, Esnault; p.-ê. d'après le présent de avoir : j'ai, j'avais, d'après 1. javanais (avec l'idée de langue exotique, incompréhensible).

 

Gainsbourg, amusé par la musique de ce jargon, dont il a dû se servir enfant avec ses camarades d’école, travaille à en rendre la sonorité dans sa chanson d’amour.

 

UNE CHANVASONVA VIVARTUVAOSAVE JAVANAISE

 

Ça donne ceci :

 

J'avoue, j’en ai bavé, pas vous ?

Mon amour

 

Avant d'avoir eu vent de vous,

Mon amour


Ne vous déplaise

En dansant la Javanaise

Nous nous aimions

Le temps d'une chanson


A votre avis qu'avons-nous vu

De l'amour ?


De vous à moi  vous m'avez eu,

Mon amour


Ne vous déplaise

En dansant la Javanaise

Nous nous aimions

Le temps d'une chanson


Hélas avril en vain me voue

À l'amour


J'avais envie de voir en vous

Cet amour


Ne vous déplaise

En dansant la Javanaise

Nous nous aimions

Le temps d'une chanson


La vie ne vaut d'être vécue

Sans amour


Mais c'est vous qui l'avez voulu,

Mon amour



Ne vous déplaise

En dansant la Javanaise

Nous nous aimions

Le temps d'une chanson

 

UNE CHANSON MARQUÉE X

 

Dans une autre chanson, Comment te dire adieu, Gainsbourg – qui, systématiquement, demande à ses interprètes une diction précise et des consonnes très accentuées pour que le texte prenne le dessus (ce n’est pas pour rien qu’il aime faire chanter les actrices) – casse les mots pour faire rimer les vers sur -ex, comme -ex amour :

 

Sous aucun prétex-

te Je ne veux

Avoir de réflex-

es malheureux

Il faut que tu m' ex-

plique un peu mieux


Comment te dire adieu


Mon coeur de silex

Vite prend feu

Ton coeur de pyrex

Résiste au feu

Je suis bien perplexe

Je ne veux

Me résoudre aux adieux


Je sais bien qu'un ex

Amour n'as pas de chance ou si peu

Mais pour moi une ex-

plication vaudrait mieux


Sous aucun prétex-

te je ne veux

Devant toi surex-

poser mes yeux

Derrière un kleenex

Je saurais mieux

Comment te dire adieu


Tu a mis à l'index

Nos nuits blanches nos matins gris-bleu

Mais pour moi une ex-

plication voudrait mieux


Sous aucun prétex-

te je ne veux

Devant toi surex-

poser mes yeux

Derrière un kleenex

Je saurais mieux

Comment te dire adieu

 


 

Tout le charme de Gainsbourg est là, dans cette pudeur désinvolte, qui se joue de tout en un mélange sophistiqué et rieur de profondeur et de légèreté.

 

©Sergio Belluz, 2019, le journal vagabond (2017)

 

Gainsbourg jeune.jpg


17/11/2019
7 Poster un commentaire

Paris en musique and all that Zaz.

À la FNAC, je suis tombé sur l’hommage à Paris de Zaz, avec Thomas Dutronc et Aznavour en gueststars.

 

Zaz revisite Sous le ciel de Paris, Paris Canaille, I Love Paris (de Cole Porter), Jolie Môme, J’ai deux amours, Les Champs-Elysées, etc, en version jazz-manouche, avec quelques incursions côté jazz tout court.

 

Sa voix enrouée, gouailleuse, va bien avec ce répertoire, même si je trouve que les arrangements de Quincy Jones sont un peu trop carrés, et la diction trop plan-plan.

 

C’est bien de revisiter le répertoire, mais pour le faire redécouvrir magnifiquement, comme le font les chanteurs de jazz avec les ‘standards’. Souvent, on se borne à réorchestrer sans grande imagination, on change de rythme, on chante en java ce qui était un slow, ou inversement, et ça n’a aucune sorte d’intérêt.

 

Mais le disque est plaisant, et j'ai une préférence pour l'enjoué Paris sera toujours Paris, dont le texte est dû au fin et drôlissime Albert Willemetz, auteur entre autres de 'Félicie aussi' et de 'Mon homme', une chanson que Zaz arrive à renouveler avec fraicheur et talent.

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2014).

 

 

zaz.jpg


04/03/2016
0 Poster un commentaire

Des fois, dérailler c'est bon.

Ce qui me frappe et me séduit toujours dans les enregistrements de bossa nova, et notamment chez ses plus célèbres interprètes, João Gilberto, Astrud Gilberto, Antonio Carlos Jobim, Elis Regina, Vinicius de Moraes, Chico Buarque et pleins d’autres, c’est le côté légèrement faux de certaines notes, juste un poil à côté, et ce n’est jamais gênant, au contraire : c’est sensuel, c’est charmant, et c’est totalement juste pour ce type de chant susurré, parlé, presque, dont seules les consonnes restent, accentuées mais  légèrement, comme il sied à un aveu discret, une intimité dévoilée, une confidence souriante chuchotée à une oreille complice.

 

Des imprécisions sonores et humaines qui sont comme une pudeur courtoise, une négligence élégante et désinvolte qu’une plus grande précision trahirait.

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2016).

 

 

desafinado.jpg


20/01/2016
2 Poster un commentaire