sergiobelluz

sergiobelluz

"Et puis quoi, qu'importe la culture ? Quand il a écrit Hamlet, Molière avait-il lu Rostand ? Non." - Pierre Desproges

Rossini, le Raymond Queneau de la musique

Avec sa dizaine de versions, la mélodie ‘Mi lagnerò tacendo’ de Rossini, inclus dans ces drôlissimes ‘Péchés de vieillesse’, est l’exemple-type de ce qui fait de Rossini un compositeur tout à fait particulier.   Il a bien dû s’amuser à démontrer combien le texte était accessoire, et que c’était surtout la musique qui donnait la couleur du sentiment, comme au cinéma, où...

'Toâ et Moâ' avec Brigitte Balleys, Sergio Belluz et Marcia Dipold met l’amour en musique (Jean Lugrin, Journal Le Cotterg)

Tôa et Môa à Lettres Vivantes Solange, ma femme, me demanda si je l’accompagnais samedi 7 septembre chez Geneviève Bille aux Lettres Vivantes de La Comballaz.   Qu’est-ce qui est au programme ? Lui demandai-je, en espérant que je ne serais pas intéressé. Ces temps, je suis un peu fatigué des événements sociaux, je me contente de dessiner en écoutant de la musique.   Brigitte Balleys, mezzo-soprano, venue il y a quelques anné...

'Toâ et Moâ' sur Radio Chablais: une psychanalyse

Le spectacle  Toâ et Moâ dans la Transcendance, la Quintessence et la Concupiscence.   Habilement travaillé au corps à corps et confessé par le praticien et journaliste-animateur Guillaume Abbey (Radio Chablais) l'auteur et protagoniste du spectacle déballe tout et en dit long sur ses collègues, la divine mezzo valaisanne  Brigitte Balleys et la pianiste suisso-brésilienne au tempérament de feu Marcia Dipold.  ...

'Toâ et Moâ': Le Retour (et toujours plus haut: à plus de 1000 mètres)

  ILS S'AIMENT. ILS CAUSENT. ET EN PLUS ILS CHANTENT.     Toâ et Moâ: enfin une thérapie de couple, euh pardon, un spectacle qui, de vives voix (oui, au pluriel), lève un coin de rideau de scène sur les coulisses de la relation amoureuse.   Profitez-en pour venir régler votre compte avec votre/vos partenaire(s) respectifs, respectables ou pas.     [LE CHOEUR D'ADMIRATRICES-TEURS]   Ooooh, mais quand ça?  ...

Hommage à Edmund White, mémorialiste queer (5): ‘Inside A Pearl ’ (2009)

‘Inside A Pearl’, ce livre délicieux, en particulier pour les francophones n’a toujours pas été traduit en français et on se demande bien pourquoi, à moins que ce ne soit pour des questions légales, les personnes mentionnées par Edmund White, ou leurs héritiers, s’opposant peut-être à la publication du livre ?   Il faut dire que, tout en s’amusant d'un certain regard américain sur les idiosyncrasies franç...

Hommage à Edmund White, mémorialiste queer (4): ‘City Boy ’ (2009)

Pour qui veut connaître de l’intérieur le New York des années 60 et 70, le New York de la bohème littéraire et artistique gay mais pas toujours gaie, le New York du sexe, de l’alcool, des drogues de toutes sortes, de la débauche créative tous azimuts, le New York effervescent de Warhol, de Basquiat, de Susan Sontag, de Mapplethorpe, de Stonewall, de Greenwich Village et du début du disco, le New York de toute une géné...

Hommage à Edmund White, mémorialiste queer (3): ‘The Farewell Symphony’ (La Symphonie des Adieux)

The Farewell Symphony (1997) – en français : La Symphonie des Adieux (Paris : Plon, 1998) – d’Edmund White, est un « roman » qui se veut le portrait de cette génération d’homosexuels qui a eu vingt ans dans les années 70, et qui, à New York, a vécu cette toute nouvelle liberté, conquise avec la révolte de Stonewall.   Une génération qui s’est beaucoup amusé...

Charles Ferdinand Ramuz parolier : 'Devant la guérite'

'DEVANT LA GUÉRITE' (1934)   Musique du compositeur suisse Jean Binet (1893-1960)   Texte de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres du peintre suisse Ernest Biéler     Fille de l’air, rêverie,compagnonne du soldat,le jour est long sous la pluie ;tu reviens, le jour s’en va.  ...

Charles Ferdinand Ramuz, parolier: 'Chanson de route'

'CHANSON DE ROUTE' (1934)   Musique du compositeur suisse Jean Binet (1893-1960)   Texte de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres du peintre suisse Ferdinand Hodler      Qui qu'on mettra dans le bout? C'est le fusilier Bavoux. Qu'a qu'un oeil,Qu'a qu'un pied,Qu'a qu'un bras,Qu'a qu'un doigt,Cé...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Complainte'

'COMPLAINTE' (1914)   Musique du compositeur et chef d'orchestre suisse Ernest Ansermet (1883-1969)   Texte de Charles Ferdinand Ramuz   Dédié à l'écrivain suisse Charles-Albert Cingria     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres du peintre suisse René Auberjonois     Ah! mes amours que c'est loin, mes amours!Quand reboirai-je à...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Les Filles du village'

'LES FILLES DU VILLAGE' (1916)   Musique du compositeur et chef d'orchestre suisse Ernest Ansermet (1883-1969)   Texte de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres du peintre italien Giovanni Segantini     Les filles du village ne sont pas ce qu'on croit,Pas ce qu'on croit;Les vieilles sont volages,Sont volages,Les jeunes sont en bois,Sont en bois.  ...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Komilo - L'Oncle Armand'

'KOMILO - L'ONCLE ARMAND' (1914)   Musique du compositeur russe Igor Stravinsky (1882-1971)   Tiré de Pribaoutki - Chansons plaisantes Adaptation française de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano)  Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres du peintre Chaïm Soutine     Console-toi,Vieil oncle Armand;Tu te fais bien trop de mauvais sang,Laisse aller tout droit ta jumentÀ...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Natachtka - Le Four'

'NATACHKA - LE FOUR' (1914)   Musique du compositeur russe Igor Stravinsky (1882-1971)   Tiré de Pribaoutki - Chansons plaisantes  Adaptation française de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres de Chaïm Soutine     Louise, viens vite,Viens vite ma fille;La pâte est levé...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Polkovnik - Le Colonel'

'POLKOVNIK - LE COLONEL' (1914)   Musique du compositeur russe Igor Stravinsky (1882-1971)   Tiré de Pribaoutki - Chansons plaisantes Adaptation française de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogne, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres de Chaïm Soutine     Le colonel part pour la chasse,   Tire sur une bécasse,Manque sa bé...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'Tilim Bom'

'TILIM BOM' (1917)   Musique du compositeur russe Igor Stravinsky (1882-1971)   Tiré de Trois histoires pour enfants   Adaptation française de Charles Ferdinand Ramuz     Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: Marc Chagall, scènes de vie à Vitebsk      Tilim-Bom,Tilim-Bom,C'est la cloche du feu qui sonne.  ...

Charles Ferdinand Ramuz parolier: 'L'Ours, petite histoire avec une chanson'

'L'OURS, PETITE HISTOIRE AVEC UNE CHANSON' (1917)   Musique du compositeur russe Igor Stravinsky (1882-1971)   Tiré de Trois histoires pour enfants   Adaptation française de Charles Ferdinand Ramuz     Robert Bouvier (comédien), Sergio Belluz (baryton) et Ioana Primus Andrei (piano) Enregistrement public, Théâtre de l'Octogone, Pully, 1994 Illustrations: oeuvres de Natalia Nikolaïevna Gontcharova  ...

Hommage à Edmund White, mémorialiste queer (2) : ‘States of Desire’ ('Les États du Désir')

Passionnant, le States of Desire: Travels in Gay America (1980) d’Edmund White, publié en français sous le titre: Les Etats du désir: Voyage en Gay Amérique (Paris: Le Grand Miroir, 2002)   Le titre est ingénieux, à double sens: c’est effectivement à la fois un descriptif des différents états du désir homosexuel, de ses différentes facettes et, aussi, un voyage à travers l’Amé...

Hommage à Edmund White, mémorialiste queer (1) : ‘Skinned Alive’ ('Écorché Vif', 1997)

Beaucoup de plaisir avec un ancien article des archives du Figaro au sujet du Voyage au bout de la nuit de Céline, dont je me suis lu quelques extraits à haute voix : quel texte magnifique !   Pas facile à trouver le bon ton, c’est une sorte d’incantation-imprécation, il ne faut ni tomber dans le véhément, ni l’édulcorer, trouver le juste milieu.   PROUST, ECRIVAIN JOURNALISTE   J’avais eu le mê...

Les Pêcheurs de perles de Bizet façon reality (sans Kardashian)

On n’y pense pas, en ces temps de narcissismes aigus, en particulier chez les metteurs en scène d’opéra, mais une des raisons d’être de la mise en scène est aussi d’ordre tout simplement pratique :   - il faut faire passer une histoire, la rendre crédible, et ce n’est pas toujours gagné.   - il faut tâcher que chaque spectateur (celui du poulailler comme celui du parterre) puisse comprendre l’action et voir clairement les acteurs dans les scè...

Avec August Sanders, le moine fait l’habit

Regarder des vieilles photos portraits, celles de sa propre famille ou celles de parfaits étrangers, est toujours une leçon de regard : on remarque les visages, les sourires ou l’absence de sourires, le regard, les coiffures, les attitudes, les habits, les bijoux, les chaussures, toute une comédie humaine qui, avec la distance, affleure à la surface.   Il y a une vraie sociologie de la photographie, qui exprime à la fois ce que le photographe a voulu et pu capter, mais aussi ce que la socié...

Un sacré dramaturge, Pedro Calderón de la Barca (1600-1681)

C’est toujours un sujet d’étonnement, pour moi, de constater à quel point, culturellement, l’Europe est encore et toujours divisée en deux parties, le Nord et le Sud, ou, pour être plus précis, entre d’un côté le monde germanique et anglo-saxon et de l’autre le monde latin, c’est à dire entre le protestantisme et le catholicisme, une division culturelle liée en partie aux guerres de religion, mais qui doit aussi beaucoup au dé...

Amuser a une fonction sociale (Italo Calvino)

Italo Calvino est un auteur que j’aime beaucoup, proche, dans sa démarche, d’un Raymond Queneau, à la fois technique et s’amusant de la technique dans des œuvres littéraires et métalittéraires à la fois.   J’ai recopié plusieurs textes d’introduction au Visconte dimezzato (Le Vicomte pourfendu) d’Italo Calvino, dont une fabuleuse introduction, très documentée.   TRÈS PARTAGÉ...

Le cinéma et la pipe (non, pas celle de Maigret)

J’ai beaucoup aimé Call Me By Your Name, cette histoire d’amour si touchante entre un jeune homme de dix-huit ans environ, attiré sexuellement et amoureusement par un Américain plus âgé qui vient passer l’été dans la belle propriété de famille, un étudiant de son père, archéologue.   Le fait que j’aie vu le film un jour de grisaille, en plein hiver, a été un facteur supplé...

Genève sur Fellini

Hier après-midi, longue promenade à Genève depuis le quartier des Eaux-Vives jusqu’à Hermance.   J’ai marché jusqu’à Genève-Plage, puis ai pris le bus E, et ai visité Hermance, avec son vieux village aux balcons de bois, sa tour de guet, et son tea-room, où j’ai pris une ‘ovomaltine’ chaude qui faisait du bien avec ces froids (il y avait de la bise, et le ciel était gris lumineux, le lac agité...

L’émotion, valeur marchande

Je me rends compte que si d’aventure quelqu’un lit mon journal vagabond dans un siècle, ce quelqu’un sera en droit de se demander pourquoi les grands événements, et en particulier les grandes catastrophes, y apparaissent aussi peu, et plutôt en filigrane.   Je pense, par exemple à ce pont d’autoroute qui s’est écroulé à Gênes et qui a fait une vingtaine de morts ou à l’incendie qui a ravagé...

Baudelaire et Victor Hugo ou le Rêveur et le Phraseur

En ces temps où Victor Hugo est de nouveau à l’honneur pour cause d’incendie, il est bon de rappeler que le grand poète pouvait être assez casse-pieds, en particulier pour Baudelaire.   À Madame Paul Meurice, mercredi 24 mai 1865   « J’ai été contraint, il y a quelque temps, de dîner chez Madame Hugo ; ses deux fils m’ont vigoureusement sermonné, mais j’ai fait le bon enfant, moi, ré...

De la contrainte en art (02) : Baudelaire dixit

À Armand Fraisse, 19 février 1960   « ...Parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense. Tout va bien au sonnet : la bouffonnerie, la galanterie, la passion, la rêverie, la méditation philosophique.   Il y a, là, la beauté du métal et du minéral bien travaillés.   Avez-vous observé qu’un morceau de ciel aperçu par un soupirail, ou entre deux cheminé...

De la contrainte en art

Je suis allé à la Caixa Fòrum, où l’exposition Velázquez y el Siglo de Oro venait de commencer.   Elle était « autour » de Velázquez plutôt que « sur » Velázquez, mais les tableaux sont absolument magnifiques – splendides est le mot qui vient à l’esprit, à cause de leur splendeur – on passe de Zurbarán à Ribera et du Greco à Breughel en passant par Tiepolo et les peintres italiens de l’...

La Gioconda de Ponchielli: Suiciiiiiiide!

Les plus grands solistes et la meilleure mise en scène du monde – et Dieu sait si Pierluigi Pizzi est capable de mises en scène d’une extraordinaire beauté et d’une parfaite intelligence théâtrale – ne parviennent pas toujours à sauver des œuvres qui, dans leur construction même, ne tiennent pas la route, malgré les grands effets de manche.   C’est à quoi je pensais en assistant hier soir à...

Le printemps, ma mère et ‘Janique Aimée’

Chaque arrivée du printemps me rappelle ma mère, qui fêtait son anniversaire le 21 mars.   Elle m’avait glissé, lors d’une conversation, qu’au moment de la séparation avec mon père, elle était retournée chez ma grand-mère et regardait le feuilleton français ‘Janique Aimée’ en pleurant à chaudes larmes.   Elle se moquait un peu d’elle-même en le disant.  ...