sergiobelluz

sergiobelluz

La paix au Bout-du-Monde

Il y a quelque chose de vacancier dans les cafés des clubs de tennis, les gens y sont en tenues de sport souvent blanches, les terrains de terre battue rouges contrastent avec le vert des gazons, on entend les échanges de balles, ce son si particulier, si chic, de la balle de tennis qui rebondit sur les cordes de la raquette à intervalle régulier.

 

J'avais envie de revenir à cette terrasse du club de tennis de Miremont, à l'arrêt Bout-du-Monde, dans ce coin de Genève entre les Monts-de-Champel et Carouge qui est encerclé par l'Arve.

 

Depuis là, on voit le Salève, et on devine, on entend, l'Arve, qui a creusé son lit tout le long, et qui, par endroit, se prend pour une petite chute du Niagara.

 

Quelques oiseaux poussent la chansonnette sur fond étouffé de bruit de trafic de voiture (on est en contrebas de la route).

 

Je me suis choisi une table bien dégagée, me suis mis face au soleil, ai causé un petit moment avec un beau chat tigré, un peu replet, qui a engagé la conversation mais s'en est vite désintéressé.  Gracieux et dédaigneux à la fois, il est parti voir ce qui se passait sur les courts.

 

Je fais durer mon expresso et mon eau gazeuse.

 

Tout est bon pour savourer l'instant, le soleil, le calme, les rêveries.

 

©Sergio Belluz, 2018, le journal vagabond (2018)

 

thumbnail 2.jpg

 

 

 



15/04/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres