sergiobelluz

sergiobelluz

On n'est jamais tranquille (cf CFF)

On n’est jamais tranquille dans les trains suisses : quand ce ne sont pas les multiples messages sonores en trois-quatre langues et notamment pour l’accueil (ah, ce « personnel d’accompagnement/train crew » qui nous souhaite la bienvenue et nous souhaite un agrrrrréable voyage/and wishes us a pleasant journey, tout ça pour aller au boulot).

 

Après, on a les messages multilingues pour le départ, pour l’arrivée, pour le wagon-restaurant, pour les pannes, pour les retards d’une minute et demie, sans compter le contrôleur qui contrôle et composte encore un à un tous les billets et vérifie tout l’éventail des abonnements.

 

Or admettons qu’on ait chaque jour quarante-cinq minutes de trajet à faire pour se rendre à son travail, et qu’on aimerait utiliser ces 45 minutes, au choix, a) à dormir b) à lire c) à grignoter un truc d) à rêvasser e) à écouter de la musique f) à écrire son journal, ce n’est absolument pas possible pour une grande partie du trajet, les messages se multiplient selon le nombre d’arrêts du train, avec des indications en quatre langues minimum dont on pourrait aisément se passer ou qu’on pourrait raccourcir un max.

 

Pourquoi clamer en phrases châtiées et multilingues mais quand même un peu longues : « Train pour Zurich, prochain arrêt Nyon », qu’on décline en « Train for Zurich, next stop Nyon », etc, alors qu’un simple « prochain arrêt/next stop : Nyon » aurait suffi ?

 

Bien sûr, les messages oraux sont utiles pour nos amis aveugles et malvoyants, mais ont-ils vraiment besoin de se farcir toute la phrase archipolie et glaciale pour se faire une idée de leur arrêt ?

 

Je remarque la différence en Espagne, où je suis souvent : là, les billets de train sont contrôlés, comme dans le métro, à l’entrée. On glisse son billet dans la fente, le portail d’entrée aux quais s’ouvre, et après on est tranquille tout le reste du trajet, qui est ponctué par de simples annonces des étapes : « Próxima parada : Barcelona »

 

Et là, entre deux, on aura pu, avec joie, se laisser aller à (voir plus haut).

 

©Sergio Belluz, 2018, le journal vagabond (2016).

 

b6005e23b22311174f01b6beeebe04d4.jpg

 

 



17/08/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres