sergiobelluz

sergiobelluz

Louise de Vilmorin ou les mots désinvoltes

Délicieux, les 'Carnets' (1970) de Louise de Vilmorin, une des grandes virtuoses de la formule douce-amère et drôle à la fois :

 

À Gaston Gallimard, son éditeur: “Je méditerai, tu m’éditeras”

À son amant: « Je maigrirai, tu t’aigriras »

« J’ai toujours envie de rire, et toujours le cœur gros »

 

« Je vous ramène votre regard que j’ai trouvé perdu au loin »

« Louise est mon nom de guerre lasse. »

« Moi, je parle avant de réfléchir. Les gens qui réfléchissent ne me disent jamais rien d’intéressant. »

« Inutile de jouer la comédie. Laissez-vous aller. Les mensonges viendront tout seuls. »

 

Louise-de-Vilmorin.jpeg

 

 

 



24/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres