sergiobelluz

sergiobelluz

Julien Green, sans gants.

Élégance, précision, douceur, fermeté, quelque chose d’anglo-saxon, un vieux monsieur de la Côte Est, aux yeux bleus, et parfumé d’Old Spice... c’est ainsi qu’apparait Julien Green dans l’Apostrophe que lui consacra Bernard Pivot en 1983, un beau jeune homme de 83 ans, paisible, facétieux, discret, aussi, mais sincère et précis.

 

Pivot cite Jouhandeau qui, dans son Journal, parle de Julien Green comme d'« un beau jeune homme qui assiste à des orgies avec des gants ». C’est l’occasion de parler du motif « gant », que Pivot relève dans la vie et dans les livres de l'écrivain, par exemple le gant que le héros d’un roman perd alors qu’il est sur une charrette. Comme le conducteur de la charrette est très beau, le héros décide de ne pas lui demander d’arrêter le véhicule pour récupérer son gant. Jeune et vierge, il avait pourtant enfin trouvé l’argent pour aller au bordel, mais au dernier moment, sur le chemin, avait tout dépensé pour s’acheter des gants. Julien Green raconte dans son Journal que sa sœur mettait des gants pour lire des ouvrages à la sexualité trop marquée…

 

C’est la force et la beauté de ses romans : une tension stylistique entre une sensualité débordante et un sentiment de péché sublimé qui s’exprime dans une langue presque biblique - un de ses titres: Chaque homme dans sa nuit - , quelque chose qui ressemble à la violence contenue – corsetée ? – qu’on trouve dans Racine, où la passion incontrôlable est retenue de force par l’alexandrin, ce qui en souligne encore plus la puissance ravageuse.

 

Julien Green donne la clé de cette tension, de cette violence : chez certains jeunes gens, le désir est puissant, mais il est exacerbé et empêché par la terreur insupportable, si on y cède, de perdre à tout jamais un idéal de Paradis et de pureté.

 

Sa propre homosexualité et son sens de la culpabilité, il les met sur le compte de sa mère qui séparait le corps et l’âme, et raconte qu’un jour qu’il se touchait dans son lit, elle était arrivée avec un couteau – une mère castratrice, dans le sens le plus concret du terme.

 

Julien Green, avec malice, conclut qu’il aurait été un cas passionnant pour Freud, et, à la question de Pivot : « Que voudriez-vous que vous dise Dieu lorsque vous serez devant lui ? », il répond : « Je suis le Grand Pardonneur ».

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2016).

 

JulienGreen.jpg

 

Green.jpg



16/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres