sergiobelluz

sergiobelluz

L'ART ET LA MANIÈRE


De la contrainte en art

Je suis allé à la Caixa Fòrum, où l’exposition Velázquez y el Siglo de Oro venait de commencer.

 

Elle était « autour » de Velázquez plutôt que « sur » Velázquez, mais les tableaux sont absolument magnifiques – splendides est le mot qui vient à l’esprit, à cause de leur splendeur – on passe de Zurbarán à Ribera et du Greco à Breughel en passant par Tiepolo et les peintres italiens de l’époque.

 

On nous explique le côté à la fois « décoratif » et « politique » de la peinture en ce temps-là, Le Siècle d’Or, l’apogée de la culture et de la richesse espagnoles: les portraits des grands sont aussi des allégories du pouvoir censés exprimer, par toute une symbolique, toute la puissance, mais aussi tous les devoirs des grands.

 

De Velázquez, on peut voir certains de ses célèbres nains qui rappellent, par leur difformité magnifiée, que la peinture a aussi ce pouvoir de faire voir la beauté dans les sujets considérés a priori comme laids – les portraits quelquefois torturés d’Egon Schiele, Francis Bacon ou Lucian Freud en sont l’exemple contemporain.

 

Avec Velázquez et les peintres de cour, on constate que la peinture de commande et la peinture commerciale peuvent être aussi significatives, aussi puissantes, aussi justifiées que celle de l’artiste qui cherche en lui un monde à exprimer.

 

C’est que tout art est d’abord une discipline personnelle qui est la première et la plus essentielle des contraintes : travailler, améliorer, aller plus loin, gagner en maîtrise, creuser sans cesse...

 

L’art et les artistes ne peuvent être défini aussi facilement qu’on l’aimerait : certains artistes institutionnels sont impressionnants de profondeur, et certains artistes « libres » sont assez médiocres.

 

On a un préjugé négatif au sujet des artistes « de cour », mais ce qui compte c’est d’avoir les conditions nécessaires (matérielles ou psychologiques) pour développer son art de la manière la plus profonde possible.

 

Pour quelques-uns, l’adversité, les limites matérielles, sont des stimulants, d’autres ont besoin d’un certain bien-être, il n’y a pas de règle.

 

C’est sûr que si l’on a besoin de bien-être et qu’on est miséreux, ça peut bloquer toute créativité. Mais ça peut aussi être ce qui permet de développer toute sa force : par la rage de vaincre, de prendre sa revanche, ou simplement pour accomplir son destin, on devient ce qu’on est avant de mourir.

 

Ce qui compte toujours, c’est ce qui est exprimé et la profondeur et l’intensité de cette expression.

 

Il n’y a pas de règle.

 

©Sergio Belluz, 2019, le journal vagabond (2018)

 

V1644 Velázquez Autorretrato.JPG
Velázquez, autoportrait (1644)

 

1656 Velázquez de Silva Diego Meninas Familia de Felipe IV.jpg

Velázquez: Las Meninas (1656)

 

1645 Velázquez Nain à terre.JPG

Velázquez: Nain assis (1645)

 

1635 Velázquez Dame à l'éventail.JPG

Velázquez: Dame à l'éventail (1635)

 

1639 Velázquez Menipo.JPG

Velázquez: Menipo (1939)

 

1640 Velázquez La Costurera.jpg

Velázquez: La Couturière (1640)

 

1639 Velázquez El Bufón Calabacillas.JPG

Velázquez: El bufón Calabacillas (1639)

 

1644 Velázquez Arachné.JPG

Velázquez: Arachne (1644)

 

1650 Velázquez Juan de Pareja esclavo.JPG

Velázquez: Juan de Pareja, esclave (1650)

 

1659 Velázquez L'Infante Marguerite en bleu.JPG

Velázquez: l'Infante Marguerite en bleu (1659)


21/04/2019
2 Poster un commentaire

Paris légendaire (Barcelone en expos)

Troisième expo que j’ai eu grand plaisir à découvrir à Barcelone : Lautrec et Montmartre 1900.

 

C’est une sorte de ballade dans le Paris 1900, celui du Chat Noir, des Folies-Bergère, du Moulin Rouge et du Moulin de la Galette, des caricaturistes, des publications fumistes, et des grandes vedettes de cabaret – Yvette Guilbert, Aristide Bruant, Paulus, Libert... – de cirque (les clowns du Cirque Fernando ou les célèbres Footit et Chocolat) et de cancan (La Goulue, Jane Avril).

 

Il y a de fabuleux portraits, que je ne connaissais pas, et notamment un extraordinaire portrait de Thadée Natanson, un des fondateurs de La Revue Blanche, par Vallotton.

 

Beaucoup aimé aussi un portrait de Huysmans, et plusieurs autres – des caricatures, plutôt – ayant Toulouse-Lautrec comme sujet.

 

Et puis, j’ai toujours un faible pour les scènes de genre (« Au Café Durand », « Au cabinet privé », etc.), par des peintres comme Veber,  Forain et d’autres.

 

Intelligemment, la scénographie incluait une bande-son avec des extraits d’opérettes d’Offenbach ou d’une chanson de Juliette Greco...

 

Tout un Paris légendaire, toute une mythologie parigote, obsolète aussi, dans laquelle on se promène avec plaisir, tant elle entraîne avec elle de réminiscences de lectures, de films ou de chansons.

 

Une sorte de nostalgie d’un passé artificiel mais plaisant, qu’on a aimé par procuration, qu’on aime sans l’avoir jamais vécu.

 

©Sergio Belluz, 2018, le journal vagabond (2018)

 

1897 Vallotton Félix Thadée Natanson.jpg

 

 

1893 Ibels Henri-Gabriel Yvette Guilbert.jpg

 

 

1885 Faverto Joseph Clown du Cirque Fernando.jpg

 

 

1895 Hermann-Paul Femmes et enfant.jpg

 

 

1896 Jossot Henri Sales Gueules.jpg

 

 

1894 Forain Jean-Louis Le Souper.jpg

 

 

1890 Bac Toulouse-Lautrec au Moulin Rouge.jpg

 

 

1904 Veber Jean Chez Durand.jpg

 

 

1905 Leal Da Camara Femme éventail japonais.jpg

 

 

1894 Delâtre Eugène Huysmans.jpg

 

Illustrations:

 

- Félix Vallotton, Portrait de Thadée Natanson (1897)

- Henri-Gabriel Ibels, Yvette Guilbert (1893)

- Joseph Favarto, Clown du Cirque Fernando (1885)

- Hermann-Paul, Femme et enfant (1895)

- Henri Jossot, Sales Gueules (1896)

- Jean-Louis Forain, Le Souper (1894)

- Bac, Toulouse-Lautrec au Moulin Rouge (1890)

- Jean Veber, Chez Durand (1904)

- Leal Da Camara, Femme avec éventail japonais (1905)

- Eugène Delâtre, Portrait de Huysmans (1894)


25/11/2018
0 Poster un commentaire

De toutes les couleurs, avec Joan Miró (Barcelone en expos)

Je suis retourné à la Fondation Joan Miró, au Montjuïc, à Barcelone. J’y étais allé il y a très longtemps et ne me souvenais de rien. Cette fois-ci, c’était à l’occasion d’une expo sur la surréaliste américaine (et top model, au départ) Lee Miller, dont j’avais aimé le portrait noir et blanc de Jean Cocteau dans les colonnades du Palais-Royal à Paris.

 

L’exposition en soi m’a confirmé que le surréalisme a beaucoup vieilli...

 

Mais ça m’a permis de découvrir quelques oeuvres que je ne connaissais pas, notamment un Téléphone aphrodisiaque de Salvador Dalí – le combiné est en forme d’écrevisse ! – mais aussi quelques artistes du surréalisme anglais, Roland Penrose, Aileen Agar, et les belles photos-portraits de Paul Éluard et Nush, ou de Leonora Carrington ou encore de Max Ernst par Lee Miller.

 

En revanche, quel plaisir à arpenter la collection permanente de Joan Miró ! Des tableaux de jeunesse, des bronzes, des sculptures, et, en particulier, cette force élémentaire de sa création en couleurs primaires, quelle beauté, quelle énergie, quelle profondeur !

 

J’en ai profité aussi pour visiter ce coin du Montjuïc où je n’étais pas allé, or on est tout près d’une sorte de belvédère qui donne sur le port de Barcelone.

 

Il s’y trouve le grand hôtel Miramar, ainsi qu’un parc et deux restaurants à terrasses surplombant toute la ville.

 

Tout le coin est d’ailleurs rempli de jardins qui se succèdent, dont un Parc de les Escultures  avec de l’art moderne, et d’autres jardins aux statues variées et quelquefois étranges (les Catalans aiment le bizarre, qui les fait se sentir  à part, pour ne pas dire supérieurs...).

 

©Sergio Belluz, 2018, le journal vagabond (2018)

 

1936 Dalí Salvador Téléphone aphrodisiaque.jpg

 

 

1934 Agar Eileen Angel of Mercy.jpg

 

1937 Miller Lee Paul et Nush Eluard.jpg

 

 

 

1937 Miller Lee The Kiss.jpg

 

 

1975 Miró Joan Couple Orangers Fundació 01.jpg

 

 

1960 Miró Joan Peinture Fundació.jpg

 

 

1970 Miró Joan Chaise FundacióMiró.jpg

 

 

1968 Miró Joan Personnage soleil Fundació.jpg

 

Illustrations:

 

- Salvador Dalí, Téléphone aphrodisiaque (1936)

- Eileen Agar, Angel Of Mercy (1934)

- Lee Miller, Paul et Nush Éluard (1937)

- Lee Miller, The Kiss (1937)

- Joan Miró, Couple dans les orangers (1975)

- Joan Miró, Peinture (1960)

- Joan Miró, Chaise (1970)

- Joan Miró, Personnage Soleil (1968)


23/11/2018
0 Poster un commentaire

Art, artifice: pléonasme (Barcelone en expos)

Très belle expo Obras abiertas à la Fondation La Caixa, à La Pedrera, sur l’avenue Passeig de Gràcia, à Barcelone, autour des oeuvres « mobiles » ou « ouvertes », c’est à dire dynamiques, tant au niveau visuel que mécanique, Calder, Vasarely, Marcel Duchamp...

 

Ça m’a rappelé une enseignante, au collège, qui nous avait fait connaître Vasarely, justement, et aussi Dalí, en particulier sa Girafe enflammée.

 

Cette professeure de dessin était très petite, très maquillée, très parfumée, avec une chevelure à la lionne.

 

Elle avait dû souffrir d’un problème de hanche ou alors d'une jambe plus petite et on l’entendait circuler de loin, avec ses multiples bracelets et colliers métalliques qui tintaient à cause du balancement de sa démarche.

 

C’est à elle que je dois cette fascination pour les géométries trompe-l’oeil de Vasarely, quelque chose que je trouve toujours passionnant en art, chez Dalí, par exemple, extraordinaire connaisseur de l’illusion d’optique – je pense à son installation La Chambre de Mae West, qui comprend un sofa rouge en forme de lèvres pulpeuses, des rideaux, etc, et qui, dans son ensemble et vu de loin, recrée le visage même du sex-symbol – tout comme chez Markus Raetz, et ses sculptures ou ses dessins jouant sur la perception de l’oeil.

 

Une catégorie d’art qui a le mérite de rappeler que l’art est artifice, et qui l’assume jusqu’au bout.

 

©Sergio Belluz, 2018, le journal vagabond (2018)

 

Dalí Salvador Chambre de Mae West.jpg

 


1970 Vasarely Victor Cheyt-rond-va.jpg

 1965 Appolonio Marina Dinamica circolare 01.jpg

 

1997 Soto Jesús Rafel Duomo Centro  Rosso.jpg

 

1990 Raetz Markus Yes No 01.jpg

 

1937 Dalí Salvador Girafe en feu.jpg

 

Illustrations:

 

- Salvador Dalí, La Chambre de Mae West (Musée Dalí, Figueras)

- Marcel Duchamp, Atomic Cinema (1925)

- Victor Vasarely, Cheyt-Rond-Va (1970)

- Marina Appolonio, Dinamica Circolare (1965)

- Rafel Jesús Soto, Duomo Centro (1997)

- Markus Raetz, Yes No (1990)

- Salvador Dalí, La Girafe enflammée (1937)

 


22/11/2018
0 Poster un commentaire

Surréaliste, Giorgio de Chirico ?

GIORGIO DE CHIRICO, SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT

 

Extraordinaire exposition Giorgio de Chirico à la Fundació CaixaFòrum de Barcelone : luminosité, humour, classicisme, beauté des formes, décalage...

 

Rien à voir avec un Dalì, qui joue, lui, sur les illusions d’optiques. Ni avec le surréalisme en général, qui s’escrime à vouloir exprimer l’inconscient. De Chirico est surtout un peintre profondément méditerranéen, concret, sensuel et terrien, tout le contraire d’un cérébral.

 

Faute de mieux, puisqu’en ces temps de marketing il faut une étiquette vendeuse, on lui a collé une étiquette de « peintre métaphysique » qui reste bien superficielle.

 

Je trouve qu’il rejoint plutôt les peintres de la solitude humaine, dans ce qu’elle a d’éternel et de magnifique, l’homme et sa superbe, pourrait-on dire en jouant sur le double sens de « superbe ».

 

Cet espèce de soleil éternel, dû aux éléments surexposés de chacun de ses tableaux, crée des perspectives selon le degré d’ombre et de lumière écrasante et met en valeur la beauté des formes – c’est toute la singularité de Giorgio De Chirico.

 

Ça rejoint aussi, pour moi, les tableaux de Balthus et leur rêverie figée dans l’instant, ceux d’Edward Hopper aux architectures écrasantes ou trop ensoleillées où l’homme est encadré et isolé par ses propres constructions et médite sur son destin dérisoire, ceux, sensuels, de David Hockney, pour la luminosité et la géométrie de ses piscines californiennes sur fond de villas blanches, et même ceux de Marius Borgeaud, dans sa manière d’isoler et d’accentuer les accessoires, montrant que la réalité n’est qu’un décor.

 

CLASSIQUE, L'HUMOUR EN PLUS

 

Et puis, il y a l’ironie sous-jacente, l’humour. Dans une interview De Chirico explique comment lui était venu l’idée de son tableau avec un fauteuil, une chaise devant une grande armoire au milieu d’une sorte de plaine désolée : « Je me promenais dans la rue et j’ai vu ces meubles mis sur le trottoir, je trouvais qu’ainsi, hors contexte, on en voyait toute la beauté et toute l’absurdité. »

 

On a attribué son attirance pour les temples grecs ou les allusions mythologiques diverses (celles de Cocteau, en particulier, qu’il a illustrées) au fait qu’il était né à Athènes, où il a vécu jusqu’à ses 19 ans, mais en réalité, l’originalité de son oeuvre vient surtout de son côté autodidacte, qui, tout comme David Hockney, lui a fait scruter les tableaux qu’il admirait, et chercher à en comprendre techniquement tous les secrets.

 

Son oeuvre est une étude, une réflexion et une synthèse brillante de toutes les écoles picturales et de tous les sujets et les genres, tant dans la tradition italienne que dans la flamande.

 

C’est une nomenclature revisitée et modernisée des constantes, que se soient la statuaire, la mosaïque, le dessin, les grands mythes grecs, les natures mortes, les paysages, les portraits à la Franz Hals ou les autoportraits ironiques à la Rubens et à la Rembrandt, le tout dans cette volupté, cette sensualité des formes et des couleurs qui font que chacun de ses tableaux est une mise en abyme et une synthèse de la beauté picturale dans ce qu’elle peut avoir de plus convenu et de plus extraordinaire à la fois : « Tout le monde croit que la fantaisie, c’est le don d’imaginer des choses qu’on n’a pas vues. Pour un peintre et un artiste en général, c’est le pouvoir de transformer ce qu’on a vu. »

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2017).

 

Illustrations :

 

- Meubles dans la vallée (1968)

- Orphée, Pénélope et Télémaque (1970)

- Bain mystérieux (1974)

- Le Repos du gladiateur (1968)

- Oedipe et le Sphynx (1968)

- Campo Santo Stefano en songes (1973)

- Le Retour d’Ulysse (1973)

- Vision métaphysique de New York (1975)

- Venezia, Isola San Giorgio (1957)

- Minerve avec fruits (1973)

- Piazza d’Italia con fontana (1968)

- Le Contemplateur (1976)

- Autoportrait (1925)

- Autoportrait (1945)

- Autoportrait (1948)

 

 

01 1968 De Chirico Meubles dans la vallée.jpg

 

02 1934 De Chirico Illustrations pour Mythologie de Cocteau.jpg

 

03 1970 De Chirico Orphée Pénélope et Télémaque.jpg

 

04 1974 De Chirico Bain mystérieux.jpg

 

05 1968 De Chirico Repos du gladiateur.jpg

 

06 1968 De Chirico Oedipe et le Sphynx.jpg

 

07 1973 De Chirico Campo Santo Stefano en songes.jpg

 

08 1973 De Chirico Le retour d'Ulysse.jpg

 

09 1975 De Chirico Vision métaphysique de New York.jpg

 

10 1957 De Chirico Venezia Isola San Giorgio.jpg

 

11 1973 De Chirico Minerve avec fruits.jpg

 

12 1968 De Chirico Piazza d'Italia con fontana.jpg

 

14 1925 De Chirico Autoportrait.jpg

 

15 1945 De Chirico Autoportrait nu.jpg

 

16 1948 De Chirico Autoportrait.jpg

 

 


26/07/2017
0 Poster un commentaire

Portrait crashé.

Je trouve très dommage qu'en France on ait perdu la tradition du portrait.

 

C'est comme si on considérait le portrait comme un genre mineur : les portraits d’écrivains et d’artistes par Jacques-Émile Blanche sont pourtant des merveilles et, personnellement, j'ai toujours trouvé extraordinaires les portraits de Moretti, ces portraits d’écrivains et de penseurs qui ornaient la couverture du ‘Magazine Littéraire’, tout en volutes, avec des couleurs posées par ci par là.

 

Les Anglais, au contraire, ont une grande tradition dans le genre. Les meilleurs peintres et photographes, jusqu'aux plus modernes, s'y illustrent régulièrement. Ils ont même un magnifique musée consacré exclusivement au portrait, The National Portrait Gallery.

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2012).

 

 

andy_warhol_mirror.png


30/03/2016
0 Poster un commentaire

L’art lourd.

À la Fondation La Caixa, dans son siège de la Pedrera, un bâtiment construit par Antoni Gaudí sur Passeig de Gràcia, les Champs-Elysées barcelonais une expo Lazar Lissitzky (1890-1941), ce « créateur » (peintre, typographe, architecte) qui a façonné l’esthétique constructiviste soviétique.

 

Il n’y a pas à dire : dès que l’art devient propagande, il tend à l’emphase, et, malheureusement, l’emphase vieillit mal et est vite datée (comme la préciosité, d’ailleurs).

 

©Sergio Belluz, 2017, le journal vagabond (2015).

 

 

lissitzky.jpg


03/03/2016
0 Poster un commentaire